Auteur chouchou novembre 2016

Mon auteure chouchou du mois de Novembre

est …

 Élisabeth Camirand !!!!

 

Depuis quand l’histoire de Kaïsha trotte-t-elle dans ton esprit ?

 * J’ai commencé à développer l’univers de Kaïsha alors que j’avais 19 ans. Cela fait donc 5 ans en date de cette année ! 

 

 Où as-tu déniché les prénoms de tes personnages ?

* Ils sont tous entièrement inventés, à l’exception d’un seul, qui est un hommage direct à un personnage qui m’a énormément marquée, dans une série que j’ai lue adolescente. Je laisse le soin aux lecteurs de deviner de qui il s’agit 😉
Pour ce qui est du processus de création de noms, ils suivent tous une logique lexicale propre à leur nation, et certains tirent des origines étymologiques de langues existantes. Par exemple, le nom de «Steloj» provient de l’Espéranto et veut dire… Étoile ! Approprié pour Zuo, non ?

 

Quel est ta saison préféré, et pourquoi ?

* Indubitablement l’automne, autant pour les couleurs, que la lumière, que les parfums qui lui sont si particuliers. C’est aussi la saison que j’ai le plus de plaisir à décrire dans mes romans.

 

Quel genre de livres lis-tu ?

 * De tout ! Mais j’affectionne particulièrement les romans historiques et la science-fiction. Ironiquement, je n’ai pas lu énormément de fantastique dans ma vie (eh oui !), et c’est pour cette raison (entre autres) qu’il n’y a pas de surnaturel dans Kaïsha. Je ne suis tout simplement pas assez familière avec ce style pour me sentir à l’aise de le réinterpréter à ma façon. J’ai donc créé mon propre style, qui mélange fantastique, historique et aventure !

Qui est ton auteur ( e ) favori ?

 * C’est si difficile à dire ! Je ne pourrais réellement pas en nommer juste un, mais j’ai une grande admiration pour le travail de Dominique Demers, J.K. Rowling, Arthur Golden et Arthur Conan Doyle.

Qu’est-ce qui te passionne, mise à part l’écriture ?

  J’adore le monde du cinéma et du jeu vidéo, je suis définitivement geek, et fière de l’être XD
Sinon, j’adore mon domaine d’étude, qui est la psychologie. C’est un domaine passionnant et je ne regrette pas un instant d’avoir entamé mon doctorat dans ce domaine, malgré la charge de travail que ça implique !

 

As-tu toujours aimé l’écriture ?

* Depuis que je suis toute petite, j’ai toujours aimé lire et voyager à travers les contes, et j’aimais créer mes propres histoires, mes propres univers. C’est à 12 ans que j’ai tenté pour la première fois de mettre ces histoires sur papier (et j’ai abandonné après 3 pages !). J’ai finalement écris un premier roman à 14 ans (que je n’ai jamais osé relire en entier !) et de fil en aiguille, d’essais en erreur, je me suis essayée à plusieurs types d’écritures et plusieurs débuts d’histoires, avant de finalement trouver la bonne voie avec Kaïsha ! Ça a été un parcours plein d’obstacles, mais qui en valait tellement la peine.

 As-tu un rituel particulier lorsque tu écris ?

  * Me botter le derrière ? (haha !) Étant donné mon horaire plus que chargé, je planifie habituellement une journée dans ma semaine qui est consacrée à l’écriture. Dès le matin, je m’installe avec mon café et j’écris jusqu’à 13-14h dans l’après-midi. Que l’inspiration soit au rendez-vous au non, je me force à écrire ou sinon, à réviser ce que j’ai écris récemment. Certains jours, c’est très aisé. D’autres fois, c’est plus pénible.

 Est-ce que les éditions AdA ont acceptés du premier coup de te publier ?

 *Oui ! Aucune révision n’a été faite à l’histoire entre le manuscrit que j’ai envoyé et la version publiée. Seules les coquilles ont été enlevées !

Écrire un roman qui devient aussi populaire rapidement doit sûrement être extraordinaire ! As-tu des craintes par apport à l’avenir de ton roman ou tu es très confiante ?

* Je ne cherche pas à me projeter dans l’avenir. Si Kaïsha continue à trouver de nouveaux lecteurs qui voudront plonger avec elle dans son monde, j’en serai très heureuse. Mais tant qu’elle garde sa place dans le cœur de ceux et celles qui l’ont déjà découverte et qui ont été touchés par son histoire, je suis déjà comblée.

 Qu’est-ce qui te rend le plus fière dans tes romans ?

* Je crois que ce dont je suis la plus fière, c’est d’avoir réussi à créer un monde complètement unique, qui ne peut pas être comparé à aucun autre écrit. De plus, au-delà de la fierté, je suis incroyablement émue de constater que cet univers a réussi à toucher autant de personnes, qui prennent la peine de m’écrire pour me partager leur expérience avec Kaïsha et leur désir de voyager à travers les cinq nations. C’est réellement un honneur d’être la source de ces aventures.

Quel personnage te ressemble le plus ?

 * Tous et aucun à la fois. Il y a un peu de moi dans chacun de mes personnages, mais aucun n’est calqué sur ma personne. On m’a déjà dit que je ressemblais à Kaïsha et je le prends comme un grand compliment, mais je crois sincèrement que ce n’est pas le cas. J’admire Kaïsha, j’aimerais avoir sa force de caractère et son courage, mais je ne pense pas les posséder.

 Par contre, j’ai l’impression  d’avoir plus en commun avec Ko-Bu-Tsu et Zuo. J’ai la tendance à rationaliser de la première, et l’optimisme général du deuxième. En un sens, j’accompagne Kaïsha à travers eux 😉

 Serais-tu plus du genre à être un enfant des plaines, des montagnes, de la mer du désert ou de la forêt ?

 * Ah, la question qui tue ! Il y a, en vérité, deux manières d’aborder cette question : À la question «dans quelle nation aimerais-je vivre», la réponse est sans l’ombre d’un doute les Montagnes. Elle est ma nation préférée et même après 5 ans, je rêverais encore de pouvoir y mettre les pieds. Cependant, mes amis diraient sans doute que j’ai la personnalité d’un enfant des Plaines ! Alors… Une enfant de deux mondes ? XD

 

 As-tu déjà commencé à penser à un futur projet d’écriture ?

 *  J’ai quelques idées sur la table, mais rien de concret pour le moment… et j’ai une thèse de doctorat à finir ;P

 Aurais-tu une petite anecdote à nous raconter ?

 * Une belle anecdote arrivée tout récemment lors du lancement du tome 3 : Une jeune fille du nom d’Aude, qui m’avait déjà écrit par le passé pour me dire qu’elle avait adoré Kaïsha, est venue à mon lancement… déguisée en Ko-Bu-Tsu, un personnage principal de la série ! J’ai été incroyablement touchée et émue de voir un de mes personnages en chair et en os devant moi, interprété par cette jeune fille extraordinaire. C’était un moment incroyable.

 Un immense merci à Élisabeth Camirand qui à accepté de devenir mon auteur chouchou pour le mois de Novembre ! Je vous laisse des adresses intéressantes si vous voulez continuer de la suivre 😉

 Sa biographie :

Née un matin ensoleillé d’avril 1992 (oui, ça arrive),je suis une passionnée de lecture depuis la première fois que j’ai tenu un Astérix entre ses mains. À travers l’écriture, je souhaite faire rêver les lecteurs et les entraîner dans des voyages aux confins de leur propre imaginaire. 

Je suis diplômée d’un baccalauréat en psychologie, parcours Honours, à l’Université du Québec à Montréal, et j’y poursuis présentement mes études doctorales en psychologie (Profil Recherche et Intervention, PsyD/PhD). J’ai présentement à mon actif un article publié par la Revue canadienne des sciences du comportement, portant sur l’utilisation des médias sociaux des jeunes adultes. Je souhaite un jour pouvoir partager ma passion de la psychologie grâce à l’enseignement.

  

Auteure chouchou octobre 2016

Mon auteur chouchou du mois est ….

 

Elisabeth Tremblay !!!

 

Romans déjà parus

2008 – Filles de lune Tome 1 – Naïla de Brume

2008- Filles de lune Tome 2 – La montagne aux sacrifices

2009 Filles de lune tome 3 – Le talisman de Maxandre

2010 – Filles de lune Tome 4 – Quête d’éternité

2011 – Filles de lune Tome 5 – L’héritier

2013 – Tu vivras pour moi

2015 – Sang de pirate Tome 1 – Vengeances

2015 – Sang de pirate tome 2 – Tempêtes

 
* Honnêtement, je n’ai pas de saison favorite. Chacune d’elle a ma préférence pour diverses raisons. Je ne peux pas imaginer l’hiver sans neige, encore moins Noël. C’est aussi la saison où je crée beaucoup, autant du côté de l’écriture que sous diverses formes d’art, puisque ce n’est pas un temps pour jardiner… 😉 Le printemps est pour moi signe de renouveau. Je planifie mon potager longtemps d’avance. J’aime faire pousser mes propres légumes, en essayer de nouveaux. Comme j’essaie aussi fleurs comestibles et fines herbes plus rares. Donc, nécessairement, j’aime l’été pour les récoltes continues et les découvertes d’herboristerie. Quant à l’automne, c’est surtout pour ses couleurs flamboyantes. 

 

Parce qu’avant d’être un auteur ils ont aussi été des lecteurs, j’ai demandé à Élisabeth quel genre de livres elle aimait lire et voici ce qu’elle m’a répondu :
 * De tout. Pour le plaisir de la découverte. J’aime qu’on me surprenne, qu’on m’amène où je ne croyais jamais aller. Je veux aussi qu’on me porte à réfléchir, à me questionner. 
 * Étonnamment, je n’en ai pas. Ou plutôt, je n’en ai plus. Plus jeune, j’aurais pu en nommer plusieurs : Diana Gabaldon, Agatha Christie, Mary Higgins Clark, Belva Plain, Patricia Cornwell et pas mal tous les auteurs de bandes dessinées. Maintenant, j’aime souvent davantage un titre en particulier parmi plusieurs d’un auteur au lieu de l’auteur lui-même. 
Oiseau de nuit, oiseau du matin… Certains auteurs trouvent la source de leur inspiration au lever du soleil, pour d’autres, c’est la nuit qui leur porte conseil ! Voici le meilleur moment de la journée pour écrire de notre auteure chouchou !
* La nuit. Mes meilleures scènes sont toujours écrites tard le soir.
Filles de lune fût un grand coup de cœur pour moi, mais Sang de pirate l’a été encore plus ! Voyons voir où Élisabeth à pris son inspiration pour cette série !
* Je suis toujours un peu embêtée par ce genre de questions. J’avais envie de travailler dans l’univers de la piraterie, tout en ne m’éloignant pas trop du genre de Filles de Lune. Je trouvais aussi l’idée intéressante de faire voyager une héroïne inversement de ce que Naïla avait vécue. 
Je n’ose même pas imaginer tous les sentiments que l’ont doit ressentir lorsque l’on apprend que l’on va enfin être publié par une maison d’édition, j’ai donc demandé a Élisabeth comment elle s’est sentie quand elle a appris que les éditions de Mortagne allaient lui donner cette chance ! 

* Un mélange de fierté et de plaisir. Je me rappelle encore où j’étais et qu’est-ce que je faisais à ce moment-là. C’est vraiment un beau souvenir. 🙂

En mettant l’écriture de côté, quelles sont les choses qui te passionnent ?
 * Toutes les formes d’art. J’en ai essayé beaucoup : peinture sur bois, vitrail, faux-vitrail, carterie, couture, céramique, savon, décoration de gâteaux et chocolat artisanaux. Et j’expérimente encore souvent. J’ai toujours vingt projets en même temps. Souvent, ça recoupe aussi mon écriture, comme en ce moment, où je lis sur l’herboristerie et expérimente diverses « recettes » avec des plantes pour un prochain roman. 
À quel âge as-tu commencé à t’intéresser à l’écriture ?

 

* Pas avant mon passage à l’université. J’ai toujours beaucoup lu par contre, depuis l’enfance. Et toujours de tous les genres. 

 

As-tu une préférence pour tes livres ? Un tome ou une série dont tu es particulièrement fière ?

 

* Comme pour les saisons, chacun de mes livres est particulier à mes yeux pour diverses raisons, souvent très différentes d’un roman à un autre.  Parce que chacun a été écrit à une époque précise de ma vie…

 Je lui ai aussi demandé si elle avait déjà eu des doutes par apport à l’un de ses livres, voici ce qu’elle m’a répondu :

 * C’est pas mal toujours un mélange des deux. On a beau croire en ce qu’on a écrit et aimer nos personnages, en bout de ligne ce n’est pas nous qui décidons, c’est le lectorat. On ne peut que croiser les doigts. 

 

Qu’espères-tu faire ressentir à tes lecteurs à travers tes romans ? 

* Littéralement toute la gamme des émotions. Je veux qu’on ris autant qu’on pleure ou se questionne, mais surtout, je veux qu’on comprenne mes personnages en cheminant avec eux. J’aime les éprouver, pour les obliger à se dépasser, à repousser leurs limites. Et j’espère convaincre les lecteurs et lectrices d’affronter leurs propres peurs, leurs propres limites. Après tout, on ne vit qu’une fois… 😉 

 

As-tu une petite idée de tes futurs projets d’écriture, souhaites-tu demeurer dans le fantastique ou tenter l’expérience vers un autre genre ?

 * Rien n’est certain encore, mais je pense amalgamer le fantastique avec un autre genre. Je dois toutefois terminer Sang de pirate avant. Ce que je suis en train de faire d’ailleurs : je révise le dernier tome.

 Pour suivre Élisabeth Tremblay :

Un énorme merci pour ce beau mois passé en votre compagnie 😉 

 

 

Auteur chouchou Septembre 2016

Mon auteur chouchou du mois est …
BENJAMIN FAUCON !!!

1 septembre 2016

Depuis quand sais-tu que tu veux être
écrivain ?
 * Depuis tout jeune, dès l’âge de neuf-dix ans, dès mes premières lectures qui m’ont marqué (Le petit Nicolas de Sempé/Goscinny, l’œuvre de Roald Dahl, J.R.Tolkien, etc.). C’est certain que ce sentiment apparaissait puis disparaissait pour revenir quelque temps plus tard, mais j’ai toujours vénéré le livre comme étant un objet magique, une œuvre d’art intemporelle. En entrant dans les bibliothèques, en voyant tous ces livres, je chérissais le rêve d’un jour y voir mes histoires entreposées sur ces tablettes.
2 septembre 2016
2009 – Pierre Labourde et l’affaire du chien ( roman policier ) 
Publié chez Edilivre-Aparis français 
2010 – Les yeux clos (roman policier ) 
Publié  chez Edilivre-Aparis français 
2011 – Dansons avec les lucioles ( Fantastique )
Publié chez Lulu Enterprises, inc 
2012 – Nova 19-3 ( Thriller, action, fantastique ) 
Publié chez Lulu Enterprises, inc
2013 – Sans âme ni loi ( Action, thriller, guerre )
Publié chez Lulu Enterprises, inc
Série :
Éden et le monde vert ( Fantastique ) 
Publié chez Lulu Enterprises, inc
2010 Tome 1 – L’adenium aux fleurs d’argent
2012 Tome 2 – L’ordre des explorateurs
2013 Tome 3 – Une renaissance
La théorie des géants ( Suspense, aventure )
Publié aux éditions ADA
2014 Tome 1 – Le cercle des six
2014 Tome 2 – Sur le chemin des ténèbres
2015 Tome 3 – La pierre de soleil
D’art et de sang ( Policier, action )
Publié aux éditions ADA
2015 Tome 1 – L’art du vol
2015 Tome 2 – L’art du mensonge
Les incroyables et périlleuses aventures de Gabriel Latulippe
 ( Fantastique )
Publié aux éditions ADA
2015 Tome 1 – L’alchimiste du mal
2016 Tome 2 – À l’est d’Orwick
Montérégia ( Aventure, Magie, Steampunk )
Publié aux éditions ADA
2016 Tome 1 – Le dompteur de griffons
2016 Tome 2 – La naissance du magicien
Vous rêvez de devenir écrivain ? Benjamin vous donne quelques conseils !

* Continuer à lire et se mettre au travail devant une feuille et un stylo ou un logiciel de traitement de texte. Peu importe, le tout est d’écrire, encore et toujours. Au début cela semble difficile, insurmontable et puis progressivement, cela devient plus naturel. Il ne faut pas oublier que l’écriture est un art qui se bonifie avec le temps, il faut donc commencer un jour… 😉

5 septembre 2016


J’aime bien l’automne pour sa monotonie, son temps frais, sa grisaille omniprésente, l’annonce de l’hiver et du froid, la chute des feuilles, le plaisir de boire une boisson chaude tout en lisant sans suer à grosses gouttes (je déteste l’été qui est beaucoup trop chaud à mon goût). J’aime bien également le début du printemps pour ce que cette saison symbolise: le renouveau, l’apparition des premières fleurs, la douceur du temps.

8 septembre 2016


Où prends-tu ton inspiration ?

En fait les idées me viennent comme ça, depuis mon plus jeune âge. Des personnages, des histoires, des thèmes me sont chuchotés par mon subconscient et lorsque vient le temps de m’attaquer à un nouveau projet, je creuse davantage le sujet. Parfois, je marche dans la rue, et d’un coup, les détails sur un nouveau monde me viennent à l’esprit. Je ne contrôle pas vraiment ce phénomène, je garde ces idées en tête et je les utilise plus tard lorsque je dois créer un nouveau monde. Bien entendu, mon environnement, les éléments historiques, les films, la musique, les arts, etc. m’influencent grandement tout comme les expériences de vie.

Tes personnages ont-ils une signification pour toi, ou ils sont seulement le fruit de ton imagination 
( prénoms, traits de caractères ) ?
* Cela dépend, j’aime bien créer un personnage de toutes pièces, mais je fais parfois des exceptions, notamment pour la série Montérégia où les deux personnages principaux (Mathis et Zachary) sont inspirés de mes enfants (prénoms et traits de caractère). Pour les noms de famille des héros, je cherche dans mes arbres généalogiques pour y trouver des idées, ou tout simplement sur Internet pour trouver un nom/prénom correspondant aux origines du personnage. Mais j’aime partir des défauts afin de créer un nouveau héros ou un personnage secondaire et ensuite, je brode autour le reste au gré de mon imagination.


13 septembre 




Que ressens-tu avant la sortie officielle de l’un de tes romans ?
* Je ressens toujours un mélange de joie et d’impatience. Toutefois, ceci s’estompe avec le temps. Au fil des années et des publications, je me rends compte que je me détache de tous ces romans, sans en perdre la valeur et la chance que j’aie d’être publié, mais cela devient une routine, un livre de plus qui s’ajoute dans la bibliothèque. En fait, j’attache tout autant d’importance voir même plus à mes personnages, à toutes ces histoires qui naissent dans ma tête, le livre n’étant qu’une étape dans tout le processus d’écriture. C’est certain qu’une certaine magie accompagne la publication d’un premier livre, et les premières séances de dédicaces, mais comme tout, cela se transforme progressivement en une routine. Maintenant, je préfère me rattacher à tous ces mondes imaginaires que je créés dans le but de les peaufiner.
Qu’espères-tu faire ressentir à tes lecteurs à travers tes livres ?
* Tout simplement les faire voyager dans ces mondes que j’explore lorsque je compose mes histoires, leur faire partager tous ces détails que je vois lors de mes balades imaginaires, tout le côté loufoque, à la fois sombre et joyeux de mes histoires, leur faire découvrir de nouveaux éléments historiques, artistiques etc.

19 septembre

Comment étais-tu quand tu étais jeune ?

* Solitaire, j’avais quelques bons amis, mais j’ai toujours aimé être seul et c’est toujours le cas aujourd’hui. En dehors de mes enfants et ma femme, je ne vois guère de gens, quelques personnes que j’affectionne, mais je préfère rester isolé du monde humain. Autant lorsque j’endosse mon rôle d’écrivain que ce soit en public ou sur les médias sociaux, je suis à l’aise à parler avec tout le monde et je dois avouer aimer ça, je deviens extraverti et je prends plaisir à parler avec ces gens de tous les horizons, autant dès que je suis chez moi, je déteste que l’on vienne me sortir de mon petit monde, de mes explorations imaginaires qui se déroulent dans mon esprit.

Peux-tu nous donner une petite idée du genre de tes futurs romans ? Est-ce que tu désires demeurer dans le fantastique ou bien tu nous feras découvrir une autre facette de ton talent ?
* Pour l’instant, je demeure dans le genre fantastique. Mes derniers projets tendent à devenir plus noir -tout en restant joyeusement farfelu, plus « tim burtonesque » je tendrai à dire, et je dois avouer adorer ce genre de thématique. Ma série « Vampire et créatures de l’autre monde » symbolisera bien ce tournant, et mon projet sur lequel je travaillerai en 2017 se classera en continuité de cette exploration littéraire. Après, te dire que je poursuivrai exclusivement dans cette voie, cela m’est impossible. Je me suis toujours dit qu’un jour, j’écrirais probablement une romance dans le genre de Marc Levy, ou bien un livre de littérature plus classique. Mais, je ne sais pas, je vais là où mes idées m’emmènent et pour l’instant, il y a beaucoup de citrouilles, de toiles d’araignées, de monstres farfelus, le tout dans une ambiance rappelant celles des films d’animation du grand Tim Burton dont j’adore l’oeuvre cinématographique. Il m’est impossible de connaître le futur, peut-être devrais-je demander à Zachary de ma série Montérégia, lui-seul serait en mesure de me dire ma bonne aventure, à moins que tout ceci soit une vaste supercherie… 😉

Pour terminer ce beau mois de Septembre en compagnie de Benjamin Faucon, voyons voir quel anecdote il a à nous raconter ! 
* En 2015, lors de la relecture/réécriture de ma série Les incroyables et périlleuses aventures de Gabriel Latulipe, trilogie que j’avais écrite en 2010, je me suis surpris en découvrant que j’associais depuis tout ce temps, un passage complet de cette histoire à un film qui, en fin de compte, n’en était pas un, puisqu’il s’agissait d’un de mes livres. J’ai bien ri sur le coup en relisant et en redécouvrant par la même occasion tout ce passage.