Le jour où maman m’a présenté Shakespeare

Quatrième de couverture

Quand on a dix ans, une mère comédienne amoureuse de Shakespeare, pas de papa et que l’on attend à voir débarquer les huissiers d’un jour à l’autre, la vie n’est pas simple. Elle, c’est l’impétuosité de l’artiste poursuit la liberté n’accepte aucun compromis. Lui c’est la naïveté de l’enfance qui découvre le monde et ses paradoxes. Ils vivent au son de Georges Brassens et s’enivrent des mots de Shakespeare. Avec leur voisine Sabrina, caissière de son état, qui a des « bips plein la tête à force de passer des choses sur le tapis roulant » et Rita, Lulu et Max, comédiens de fortune, ils forment une famille sur laquelle la mélancolie n’a pas de prise. L’art est un refuge à l’absurdité de la vie. Mais un jour, la réalité des choses les rattrape. Comment dès lors vivre au présent sans sombrer dans l’amertume des rêves brisés? Julien Aranda raconte la trajectoire pleine d’espoir d’un petit garçon et de sa mère éprise d’absolu.

Mon avis

Est-ce que ça vous est déjà arrivé de lire un livre qui a changé votre façon de vivre, de faire et de voir la vie ? Eh bien moi, je ne pensais jamais que ça m’arriverait ! Après avoir refermé : « le jour où ma mère m’a présenté Shakespeare » J’ai pris beaucoup de recul sur ma façon de vivre et surtout sur ma façon de voir les choses ! 

C’est avec beaucoup de tristesse que j’ai mis un point final à ce roman, j’ai été littéralement transporté dans l’histoire d’un petit garçon qui n’a des yeux que pour sa maman, d’une mère qui fait tout pour rendre la vie de son petit garçon magique et magnifique en regardant toujours le bon côté des choses ! j’ai fermé les yeux et vu le soleil transmettre sa lumière sur les murs de la maison d’une petite famille qui vit le plus simplement du monde sans aucun artifice ! Malheureusement, vivre ainsi apporte souvent son lot de moments difficiles, mais jamais ils ne perdront espoir ! 

J’ai été charmer par tous les personnages sans exception, la troupe qui entoure notre jeune narrateur et sa maman sont colorés et rigolos ! Il n’y a pas un moment dans le livre où je n’ai senti aucune émotion, l’auteur sait comment nous garder attentif tout au long de son histoire ! 

Pour terminer, ce livre se lit parfaitement bien lorsqu’on a un besoin de positif dans notre vie, lorsque la fin de l’année scolaire approche et que l’on est tous épuisés de courir après notre temps : P ( ok ce n’est pas le cas de tous mais c’est le mien hi hi) Ce roman est arrivé à point dans ma vie et m’a permis de prendre une pause, de réfléchir et de me ramener à l’essentiel.

Merci aux éditions édito pour le partenariat

Pour acheter ce livre

 

D’une vie à l’autre

Quatrième de couverture

Sommes-nous entièrement libres de nos choix ? Nos rencontres sont-elles fortuites ? Des événements pourtant éloignés dans le temps et l’espace peuvent-ils avoir un rapport l’un avec l’autre ?

Hermine n’a que seize ans quand elle prend l’une des plus grandes décisions de sa vie : partir étudier dans le Sud de la France. Commence alors une vie faite de rencontres, de choix, d’échecs et de victoires. Les expériences aidant, Hermine apprend à être moins impulsive, à pardonner et à faire de ses erreurs des atouts pour poursuivre sa vie et être heureuse.

Trouvera-t-elle enfin l’endroit où elle se sentira bien afin d’y vivre et fonder une famille ? Rencontrera-t-elle seulement l’homme qu’elle attend depuis si longtemps ? Et si tous les chemins empruntés convergeaient vers une seule et même destinée ?

Mon avis

D’une vie à l’autre est probablement le livre le plus spécial que j’ai lu en 2017 ! Tout d’abord, l’auteure nous offre une entrée en la matière qui nous déstabilise dès les premières pages ! Alors que le roman commence sur une touche plus lugubre, Hermine fait son apparition et on ne peut que constater que cette fille semble avoir tout pour elle ! Une destinée qui semble tracée sous une bonne étoile ! Mais pourtant…

J’ai beaucoup aimé la plume de l’auteure, sa façon d’introduire un suspense et des rebondissements partout où l’on commence à se lasser… Quoique je ne me suis pas attaché particulièrement à Hermine, l’essence même du livre est venu ouvrir en moi plusieurs questionnements ! Et si notre destinée était tracée pour une raison particulière… Et si tout ces obstacles que nous devons traverser étaient là pour une raison spécifique ?

D’une vie à l’autre est un roman qu’on ne peut s’empêcher de lire pour découvrir ce qui se passera ou simplement pour découvrir par où madame Stoecklin veut nous mener ! Une fin qui nous ramène au prologue du début, des réponses à nos questionnements tout en nous laissant sur notre faim puisqu’un deuxième et un troisième tome verront le jour ! Nous comprenons enfin ce que « éclaireurs » signifie dans le titre !

J’aime découvrir de nouveaux auteurs et Alexandra fut une nouvelle découverte pour moi en 2017 ! Même si le fait que ce soit son premier roman, on voit qu’elle a un don pour accrocher ses lecteurs ! 

Merci aux éditions reines-beaux 

Pour acheter ce livre ( amazon france )

Mon auteur chouchou de juin 2018

Pour la retrouver sur facebook

Ses romans

(Clique sur l’image pour découvrir mes chroniques, tome 1 en ligne )

   

A quel moment à tu su que tu voulais écrire des romans ?

Il y a environ 6 ans lorsque j’ai rencontré celui qui deviendra mon mari. J’écris depuis très longtemps. A l’école déjà, j’adorais écrire des rédactions, puis plus tard des dissertations et ensuite dans ma vie professionnelle (je suis ingénieur en environnement et sécurité) qui est dans un domaine scientifique, j’essaye toujours de rédiger au mieux, d’améliorer les formulations… J’ai aussi fait des piges lorsque j’ai terminé mes études et j’ADORAIS ça.

Donc il y a 6 ans, j’en ai parlé à Guillaume et il m’a dit : fonce! J’ai commencé à écrire sans trop y croire et les idées se sont enchaînées. C’est là que je me suis dit : ok, on va mettre toutes les idée et les scènes en ordre et faire un roman, puis une suite, puis une trilogie.

Ou as-tu pris tes idées pour bâtir ta trilogie ?

De mon passé, de mes souvenirs, de mes voyages, de mes projets, du comportement de mon entourage et des gens que je connais ou ai connu, de mes croyances… Les idées sont ensuite arrivées au fur et à mesure presque toutes seules. Elles se sont enchaînées presque toute seule, comme par magie. J’en garde un merveilleux souvenir. Mon seul ennemi, le temps qui passait trop vite.

Est-ce qu’Hermine est un personnages fictif en tout point ou est-elle tirée de la vie d’une personne que tu connais.. ou de la tienne ?

C’est un personnage fictif mais qui détient toutes mes facettes, tous mes rêves, toutes mes envies, toutes mes audaces, tout ce que j’aurais voulu être et devenir. Mais je peux encore le devenir… C’est vraiment mon héroïne. Hermine, c’est maintenant devenu le prénom de ma fille, car j’adore ce prénom et que je souhaite à ma fille tout le bonheur du monde et une vie extraordinaire.

Quel genre d’enfant étais-tu plus jeune ?

Plutôt timide, réservée, un peu triste peut-être de ne pas aller plus vers les autres et de ne pas avoir justement le type de vie que j’ai créé pour Hermine et que je souhaite créer aujourd’hui pour ma famille. Une vie où tout est possible.

Étais-tu une grande lectrice ?

Oui, depuis toujours! Ma mère aime lire et m’a transmis cette passion. En premier lieu pour apprendre à lire et ensuite en tant que loisir. J’étais assez solitaire donc la lecture est un bon passe-temps. Je n’aime pas ce terme, car le temps est trop précieux pour vouloir le passer donc un bon loisir, qui permet de s’évader et de rêver.

Quel genre de livre t’attire le plus ?

Les livres dont on ne se doute pas de la fin, peu importe le type de roman, j’aime être surprise, étonnée, n’avoir qu’une envie relire le livre pour le voir sous un autre angle. C’est ce que j’espère avoir réussi à faire avec ma Trilogie.

Qui sont tes auteurs favoris ?

J’aime beaucoup Marc Levy, Musso, Douglas Kennedy, Bernard Werber, Virginia Andrew, Michel Bussi. J’ai lu tous leurs livres mais je lis aussi beaucoup d’autres auteurs, je craque en général pour une couverture et les premières lignes du résumé.

As-tu un en endroit de prédilection pour écrire ?

Non, je peux écrire n’importe où, sur mon smartphone dans les embouteillages, dans une salle d’attente de médecin, sur un post-it, sur coin de serviette, quand les idées viennent il faut que je les notes tout de suite et après je mets en forme au propre dans word. Quand j’écris, je suis tellement dans mon monde que peu importe l’extérieur, je suis toujours au même endroit, dans mon texte et avec mes personnages.

Lorsque tu débute un nouveau roman, quel moyen tu prends afin de bien monter ton histoire ?

Je pars un peu dans tous les sens. Je note les idées, j’écris, je mets en forme ensuite. Je peux très bien écrire le chapitre 1 puis le 3 et ensuite faire le 2. Je travaille un peu dans le désordre mais pour moi ce qui compte le plus ce sont les idées et elles se chamboulent vite dans ma tête. La chronologie, les lieux, les détails peuvent se régler après tant que les idées sont là. Par contre, avec ma petite expérience, je fais maintenant toujours une chronologie car j’ai beaucoup de personnages et il faut garder en tête leur âge et ne pas s’emmêler.

Si tu avais un seul mot pour décrire tes deux premiers romans, quel serait ce mot ?

Rêve

Comment te sens tu lorsque tu réalises que ta trilogie tire à sa fin ?

Je réalise le travail accompli et cela représente beaucoup de travail! L’écriture et les idées sont la partie la plus simple du travail car ce n’était que du plaisir, du bonheur de mettre à plat tout ce que j’avais dans la tête et aussi de réaliser que j’étais capable d’écrire un roman, de rendre vivante une idée, une intrigue. Par contre, ensuite, quand j’ai voulu publié, cela a été plus long, plus décevant, plus compliqué, moins sous contrôle car dépendant de plein d’autres personnes plus ou moins bien intentionnées. Un monde difficile pour un auteur inconnu. Donc le sentiment que j’ai aujourd’hui est que je suis fière d’en être arrivée là malgré les difficultés et que j’aimerais pouvoir continuer à écrire pour que le rêve ne tire pas à sa fin mais ne fasse que commencer.

As-tu d’autre projet en tête après ta trilogie ?

Oui, j’ai des idées, les personnages, les lieux, une intrigue pour un autre roman, voire peut-être une trilogie. J’ai aussi le projet à terme que cette passion de l’écriture puisse me faire vivre et dans ce sens, je cherche à voir comment je pourrais vivre de ma passion pour l’écrire, pas seulement en tant qu’auteure, mais vraiment dans un métier où l’écriture est omniprésente, mais c’est complexe…

Penses-tu qu’il est possible aujourd’hui de vivre de l’écriture ?

Sincèrement, je pense que oui, mais que ce n’est actuellement pas mon cas, mais j’y travaille et j’espère pouvoir un jour répondre simplement oui, même si le chemin sera long, très long.

Si tu aurais un souhait à faire concernant ton métier d’auteur, quel serait ce souhait ?

De pouvoir en vivre et donc de n’être qu’écrivain en CDI temps complet.

Aurais-tu un message à faire passer à tous ceux et celles qui aspirent devenir auteur un jour ?

De ne pas hésiter! Mais je dirais cela à n’importe qui qui aspire à n’importe quoi. Toujours vivre ses rêves car la vie est trop courte pour hésiter! En écrivant cela, je me rends compte qu’aujourd’hui justement je suis en passe de faire des choix de vie et que j’hésite car prendre des risques c’est dangereux… mais mon conseil reste valable quand même pour les autres. J’essaye juste moi aussi de l’appliquer!

Je souhaitais ajouter encore quelque chose après ces questions pour vous montrer à quel point écrire me comble. J’ai pris beaucoup de plaisir à répondre à ce questionnaire car il faut simplement faire des phrases, ouvrir son cœur et y mettre des mots. Ecrire me fait beaucoup de bien, c’est comme faire du yoga pour moi ou de la méditation, j’arrive à me recentrer dans les moments où je pars dans tous les sens et au-delà de noter des idées, écrire me remet les idées en place!

Le silence est d’or

Quatrième de couverture

À l’âge de huit ans, je me suis réveillée sourde. Je m’étais endormie une nuit d’hiver, sur le plancher de ma cabane dans l’arbre. Personne ne sait ce qui est arrivé ni pourquoi j’étais cachée là. Moi-même, je l’ignore.

Après avoir passé la moitié de ma vie dans le silence le plus profond, voilà que, lors d’un party entre amis, je réentends pour la première fois. Le phénomène se reproduit le lendemain, quand un garçon présent à la fête cogne à ma porte.

Avec lui, je retrouve le plaisir d’entendre. Pourquoi a-t-il le pouvoir de me guérir ? Que connaît-il de mon enfance ?

Plus j’essaie de comprendre, plus j’ai peur de ce que je pourrais découvrir…

Mon avis

Lorsque l’on vit un traumatisme, ça peut engendrer plusieurs réactions ! Notre corps nous envoie des signes qui parfois sont plus importants qu’on aurait pu le croire ! Imaginez perdre l’ouïe… du jour au lendemain, ne plus rien entendre ! 

Roxanne est sourde, et elle semble vivre quand même bien avec sa surdité… Malgré les nombreux rendez-vous que sa mère a eu pour elle, les examens et tout le tralala, personne ne peut expliquer cette surdité soudaine… La seule chose qu’elle se rappelle, c’est d’avoir été retrouvé dans sa petite maisonnette située en haut d’un arbre lorsqu’elle avait 8 ans. Alors qu’un soir elle va à un party, elle retrouve un ami d’enfance et sa vie bascule, elle parvient à entendre, mais seulement quand il est près d’elle…

À l’aide du nouveau thérapeute de son école, Roxanne tentera de percer le mystère de son nouveau handicap… et si tout cela était dû à un état de choc dans laquelle elle se serait retrouvé . L’hypnose sera-t-il le remède miracle qui lui ramènera son sens ? Et pourquoi peut-elle entendre seulement en la présence de Liam ? 

J’en aurais long à dire sur ce roman, je l’ai adoré, un véritable coup de cœur ! C’est une lecture facile et envoutante, je l’ai lue d’une traite et j’étais triste de le terminer tellement l’histoire de Roxanne est venue me chercher ! Je serais du genre à aimer lire jusqu’à ce que je vois la vie du personnage se terminer dans la douceur haha ! 

En terminant, je conseille ce roman à tous, le genre de roman que tous aimeront sans aucun doute ! 

Merci aux éditions de mortagne et à communications julie lamoureux

   

Pour acheter ce roman