Mon auteur chouchou de juin 2018

Pour la retrouver sur facebook

Ses romans

(Clique sur l’image pour découvrir mes chroniques, tome 1 en ligne )

   

A quel moment à tu su que tu voulais écrire des romans ?

Il y a environ 6 ans lorsque j’ai rencontré celui qui deviendra mon mari. J’écris depuis très longtemps. A l’école déjà, j’adorais écrire des rédactions, puis plus tard des dissertations et ensuite dans ma vie professionnelle (je suis ingénieur en environnement et sécurité) qui est dans un domaine scientifique, j’essaye toujours de rédiger au mieux, d’améliorer les formulations… J’ai aussi fait des piges lorsque j’ai terminé mes études et j’ADORAIS ça.

Donc il y a 6 ans, j’en ai parlé à Guillaume et il m’a dit : fonce! J’ai commencé à écrire sans trop y croire et les idées se sont enchaînées. C’est là que je me suis dit : ok, on va mettre toutes les idée et les scènes en ordre et faire un roman, puis une suite, puis une trilogie.

Ou as-tu pris tes idées pour bâtir ta trilogie ?

De mon passé, de mes souvenirs, de mes voyages, de mes projets, du comportement de mon entourage et des gens que je connais ou ai connu, de mes croyances… Les idées sont ensuite arrivées au fur et à mesure presque toutes seules. Elles se sont enchaînées presque toute seule, comme par magie. J’en garde un merveilleux souvenir. Mon seul ennemi, le temps qui passait trop vite.

Est-ce qu’Hermine est un personnages fictif en tout point ou est-elle tirée de la vie d’une personne que tu connais.. ou de la tienne ?

C’est un personnage fictif mais qui détient toutes mes facettes, tous mes rêves, toutes mes envies, toutes mes audaces, tout ce que j’aurais voulu être et devenir. Mais je peux encore le devenir… C’est vraiment mon héroïne. Hermine, c’est maintenant devenu le prénom de ma fille, car j’adore ce prénom et que je souhaite à ma fille tout le bonheur du monde et une vie extraordinaire.

Quel genre d’enfant étais-tu plus jeune ?

Plutôt timide, réservée, un peu triste peut-être de ne pas aller plus vers les autres et de ne pas avoir justement le type de vie que j’ai créé pour Hermine et que je souhaite créer aujourd’hui pour ma famille. Une vie où tout est possible.

Étais-tu une grande lectrice ?

Oui, depuis toujours! Ma mère aime lire et m’a transmis cette passion. En premier lieu pour apprendre à lire et ensuite en tant que loisir. J’étais assez solitaire donc la lecture est un bon passe-temps. Je n’aime pas ce terme, car le temps est trop précieux pour vouloir le passer donc un bon loisir, qui permet de s’évader et de rêver.

Quel genre de livre t’attire le plus ?

Les livres dont on ne se doute pas de la fin, peu importe le type de roman, j’aime être surprise, étonnée, n’avoir qu’une envie relire le livre pour le voir sous un autre angle. C’est ce que j’espère avoir réussi à faire avec ma Trilogie.

Qui sont tes auteurs favoris ?

J’aime beaucoup Marc Levy, Musso, Douglas Kennedy, Bernard Werber, Virginia Andrew, Michel Bussi. J’ai lu tous leurs livres mais je lis aussi beaucoup d’autres auteurs, je craque en général pour une couverture et les premières lignes du résumé.

As-tu un en endroit de prédilection pour écrire ?

Non, je peux écrire n’importe où, sur mon smartphone dans les embouteillages, dans une salle d’attente de médecin, sur un post-it, sur coin de serviette, quand les idées viennent il faut que je les notes tout de suite et après je mets en forme au propre dans word. Quand j’écris, je suis tellement dans mon monde que peu importe l’extérieur, je suis toujours au même endroit, dans mon texte et avec mes personnages.

Lorsque tu débute un nouveau roman, quel moyen tu prends afin de bien monter ton histoire ?

Je pars un peu dans tous les sens. Je note les idées, j’écris, je mets en forme ensuite. Je peux très bien écrire le chapitre 1 puis le 3 et ensuite faire le 2. Je travaille un peu dans le désordre mais pour moi ce qui compte le plus ce sont les idées et elles se chamboulent vite dans ma tête. La chronologie, les lieux, les détails peuvent se régler après tant que les idées sont là. Par contre, avec ma petite expérience, je fais maintenant toujours une chronologie car j’ai beaucoup de personnages et il faut garder en tête leur âge et ne pas s’emmêler.

Si tu avais un seul mot pour décrire tes deux premiers romans, quel serait ce mot ?

Rêve

Comment te sens tu lorsque tu réalises que ta trilogie tire à sa fin ?

Je réalise le travail accompli et cela représente beaucoup de travail! L’écriture et les idées sont la partie la plus simple du travail car ce n’était que du plaisir, du bonheur de mettre à plat tout ce que j’avais dans la tête et aussi de réaliser que j’étais capable d’écrire un roman, de rendre vivante une idée, une intrigue. Par contre, ensuite, quand j’ai voulu publié, cela a été plus long, plus décevant, plus compliqué, moins sous contrôle car dépendant de plein d’autres personnes plus ou moins bien intentionnées. Un monde difficile pour un auteur inconnu. Donc le sentiment que j’ai aujourd’hui est que je suis fière d’en être arrivée là malgré les difficultés et que j’aimerais pouvoir continuer à écrire pour que le rêve ne tire pas à sa fin mais ne fasse que commencer.

As-tu d’autre projet en tête après ta trilogie ?

Oui, j’ai des idées, les personnages, les lieux, une intrigue pour un autre roman, voire peut-être une trilogie. J’ai aussi le projet à terme que cette passion de l’écriture puisse me faire vivre et dans ce sens, je cherche à voir comment je pourrais vivre de ma passion pour l’écrire, pas seulement en tant qu’auteure, mais vraiment dans un métier où l’écriture est omniprésente, mais c’est complexe…

Penses-tu qu’il est possible aujourd’hui de vivre de l’écriture ?

Sincèrement, je pense que oui, mais que ce n’est actuellement pas mon cas, mais j’y travaille et j’espère pouvoir un jour répondre simplement oui, même si le chemin sera long, très long.

Si tu aurais un souhait à faire concernant ton métier d’auteur, quel serait ce souhait ?

De pouvoir en vivre et donc de n’être qu’écrivain en CDI temps complet.

Aurais-tu un message à faire passer à tous ceux et celles qui aspirent devenir auteur un jour ?

De ne pas hésiter! Mais je dirais cela à n’importe qui qui aspire à n’importe quoi. Toujours vivre ses rêves car la vie est trop courte pour hésiter! En écrivant cela, je me rends compte qu’aujourd’hui justement je suis en passe de faire des choix de vie et que j’hésite car prendre des risques c’est dangereux… mais mon conseil reste valable quand même pour les autres. J’essaye juste moi aussi de l’appliquer!

Je souhaitais ajouter encore quelque chose après ces questions pour vous montrer à quel point écrire me comble. J’ai pris beaucoup de plaisir à répondre à ce questionnaire car il faut simplement faire des phrases, ouvrir son cœur et y mettre des mots. Ecrire me fait beaucoup de bien, c’est comme faire du yoga pour moi ou de la méditation, j’arrive à me recentrer dans les moments où je pars dans tous les sens et au-delà de noter des idées, écrire me remet les idées en place!

Auteur chouchou juin 2017

Mon auteur chouchou du mois est …

Commençons simplement ! 

 » Évelyne contant fait partie de celles qui m’ont donné ma chance en m’envoyant le premier tome de sa série : L’enchantement. La pierre de Lune fut un véritable coup de coeur pour moi ! Mélangeant le fantastique avec la réalité, j’ai tout de suite su que cette série serait un grand succès auprès des adeptes de ce genre littéraire ! Donc, c’est avec un grand plaisir que je vous offre, pour les quelques jours de juin qu’il reste, ma petite interview que j’ai réalisée avec Évelyne Contant. « 

 À quel âge as tu commencé à t’intéresser à l’écriture ?

 * J’ai toujours été intéressé par l’écriture. Au primaire, c’était de petits poèmes et au secondaire, des textes pour les soirées de gala d’étudiant. J’ai toujours aimé raconter des histoires.

Que représente l’écriture et la lecture pour toi ? 

Une grande partie de ma vie! J’écris à tous les jours cela me détend et me permets de passer mes frustrations. Je suis quelqu’un de très positie et je crois que cela a beaucoup à voir avec l’évasion que la lecture ou l’écriture me procure.

 » Avant d’être auteure, Evelyne est aussi une lectrice ! C’est toujours intéressant de connaître les goûts de nos auteurs préférés ! Sont-ils attirés vers le même genre qu’ils écrivent ? Qui sont leurs auteurs préférés ? « 

Quel est ton auteur favori (toutes nationalités) ?

 En fait, j’en ai plusieurs et je ne peux pas les départager :

 -Jennifer L. Armentroult

-Colleen Hoover

-Evangeline Anderson

-Brittainy C. Cherry

 Quel est ton roman préféré (ou série) ?

 Encore là, j’en ai plusieurs :

 -Lux Série

-It ends with us

-Maybe someday

-The element serie

-Twilight

-The brides of the kindred serie

-Gabriel’s inferno

 » Certains auteurs aiment mieux écrire la nuit, pour d’autres, l’inspiration vient plutôt le jour… J’aime beaucoup connaître les rituels de mes auteurs favoris ! « 

As-tu une routine particulière lorsque tu écris ? (Rituel, moment de la journée, breuvage 😛 )

Le soir très tard, lorsque mon conjoint est endormi, je saisi mon ordinateur et une de mes tasses préférées avec une tisane et je commence à écrire en réécoutant quelques chansons de ma playlist d’écriture.

Es-tu du genre à faire un plan avant d’écrire ou tu écris à mesure que les idées viennent ?

 Un peu des deux, mais je planifie toujours les grandes lignes. Pour moi c’est important de connaitre le squelette de l’histoire, mais pour les détails j’aime bien me laisser surprendre en cours d’écriture par la direction que les choses prennent.

Pourquoi avoir choisi le fantastique pour ta première série ?

 Parce que je suis une grande rêveuse. J’ai toujours aimé ce qui sort de l’ordinaire, ce qui est original. Je préfère le fantastique urbain toute fois à un monde fantastique complètement fictif. J’aime quand le réelle côtoie le surnaturelle et le magique, car cela nous donne l’impression, d’une certaine façon, que cela pourrait être possible.

 As-tu d’autres projets en tête ? si oui, Désires-tu continuer dans le fantastique ou tu veux essayer d’autre genres pour tes prochains livres ?

 Ma tête est remplie d’idée, j’ai déjà plusieurs autres séries en tête, mais la suivante sera de la science-fiction. Elle aura toujours de la romance comme fil conducteur, car c’est important pour moi et il y aura toujours des éléments de magie ou de surnaturelle.

 Y-a-t-il un genre que tu ne pourrais ou voudrais pas expérimenter ? Si oui, lequel et pourquoi ?

 Le roman policier car c’est un style qui ne me rejoint pas du tout. Je trouve cela trop rationnel. Bien que j’aime les logiques et intrigue de ce genre de roman, pour moi il manque tout de même de piquant.

S’auto-édité ne doit pas être facile tous les jours, comment te sens tu face à cela ? compte tu essayer de trouver une maison d’édition qui publiera ta série ou désires-tu rester ainsi ?

 C’est la question que je me pose à tous les jours. Je rêve de trouver une maison d’édition et de voir mon roman sur les tablettes, mais j’hésite à l’envoyer car je suis aussi une femme d’affaire dans ce processus d’autoédition et mes résultats sont là, mon livre se vend très bien. Je rêve de trouver une maison d’édition qui me laissera le côté numérique et qui deviendra un partenaire pour la publication papier. Pour l’instant, je suis très heureuse de tout ce qui arrive.

 Penses-tu qu’il est possible de nos jours de vivre de l’écriture ?

 Je pourrai te répondre pour ma part un peu plus tard, mais disons que c’est bien partie. Oui, avec l’arrivée du numérique c’est très facile de vendre des livres rapidement et de rejoindre un publique un peu partout dans le monde.

Qu’as-tu ressenti avant la sortie du premier tome d’Enchantement ?

 De la fébrilité, c’était l’inconnu total pour moi. Je ne savais pas si cela allait être apprécié des lecteurs. J’ai aussi ressenti une immense fierté. Je travaillais sur ce premier tome depuis deux ans alors le voir prendre vie a été un moment particulièrement touchant.

Es-tu du genre à faire un plan avant d’écrire ou tu écris à mesure que les idées viennent ?

 Un peu des deux, mais je planifie toujours les grandes lignes. Pour moi c’est important de connaitre le squelette de l’histoire, mais pour les détails j’aime bien me laisser surprendre en cours d’écriture par la direction que les choses prennent.

Est-ce que tes personnages sont inventés de toutes pièces ou tu t’es inspiré de gens autour de toi ?

 Un peu des deux, je m’inspire des gens que je rencontre, parfois pour la personnalité complète d’un personnage, parfois pour un trait spécifique.

D’autres sont un amalgame de ce que j’aime d’un personnage de roman ou de film.

 Je suis de celle qui ADORERAIT voir ta série monter au grand écran, Si quelqu’un te donnerait la possibilité de faire de tes romans une série ou un film, accepterais-tu ? aurais tu des conditions particulières ?

 Est-ce une vraie question ??? J’en rêve! Je suis une totale cinéphile. Je vais au cinéma a toutes les semaines et j’écoute un film chaque soir donc oui, j’accepterais. Ma condition serait probablement de faire partie de l’équipe si cela est possible car j’ai mon histoire, les décors et l’ambiance tellement claire dans ma tête qu’il me semble que ce serais palpitant !!

 Pour terminer, as-tu une petite anecdote, un fait cocasse ou une péripétie à nous raconter sur l’écriture de tes romans ?

 Voici quelques faits :

 -Pyros est inspiré de mon conjoint;

-J’ai eu l’idée de ce roman lors d’un rêve une nuit que j’étais en voyage a Walt Disney World;

-Le bijoux du premier tome est fait par une artiste de Londres;

-Il y a de petits ‘’easter egg’’ dans mes romans. Premièrement, mes chiffres porte-bonheur sont 26 et 326. Ceux-ci se retrouvent donc à quelques endroits dans mes livres. Aussi je suis fan de Disney, il y a des références a plusieurs films de Disney dans mes livres.

Ce fut un énorme plaisir pour moi de créer ce petit questionnaire pour Evelyne Contant, encore plus, de lire les réponses à mes questions ! Nous avons de merveilleux auteurs aux Québec, avec un grand coeur cela va de soi ! Un gros merci de m’avoir accordé de ton temps afin de permettre a mes abonnés de te connaître un peu plus ! 

Rejoignez Evelyne ici :


 

Sonia Alain ( Août 2016 )

Je suis très heureuse de vous présenter ma toute première auteure chouchou !

Pour cette première journée, afin de vous faire connaître un peu plus madame Sonia Alain je vais vous dévoiler sa réponse à l’une de mes questions !

* Sonia, comment avez-vous su que vous vouliez devenir écrivaine ?

En fait, je l’ignorais. Écrire a toujours été un rêve que je caressais. Je m’amusais adolescente à réinventer des fins à des films que j’avais vus. Toutefois, ce n’est qu’au début de la trentaine que j’ai commencé à écrire plus sérieusement.Quand mon premier roman « le masque du gerfaut » a été publié, je ne croyais pas alors que j’en ferais un métier à temps plein.C’est lorsque ma série « les gardiens des portes » a été publiée, et que j’ai eu d’autres contrats avec ma maison d’édition, que j’ai compris que mon rêve se réalisait.

1- Le masque du gerfaut paru en 2009 et édité aux éditions VLB

2-L’amour au temps de la guerre de cent ans tome 1 : La tourmente paru en 2012 et édité par les éditeurs réunis

3-L’amour au temps de la guerre de cent ans tome 2 : L’insoumission paru en 2013 et édité par les éditeurs réunis

4- Les gardiens des portes tome 1 : Abbygaelle parut en 2014 et édité par les éditions ADA

5- Les gardiens des portes tome 2 : Alicia paru en 2014 et édité par les éditions ADA

6- Les gardiens des portes tome 3 : Amélie paru en 2015 et édité par les éditions ADA

7- Annabel et Max adultes consentants paru en 2016 et édité par les éditeurs réunis

 

* Vers quel genre voulez vous vous tournez pour votre prochain livre ou série ? Avez vous déjà une petite idée ?

En premier, il me faut terminer le tome 4 de ma série « Les gardiens des portes ».J’ai une nouvelle série qui sort à l’automne. Il s’agit d’une romance historique. Il me faudra aussi écrire le tome 3 de cette série.J’aimerais également écrire un autre thriller-érotique du genre d’Annabel et Max.Finalement, j’ai un contrat pour écrire une série fantastique en 4 tomes avec ma maison d’édition.On verra par la suite… 😉

Sonia nous explique ce qui s’est passé !

Ce qui est arrivé, c’est qu’à l’époque j’ai dû changer de maison d’édition en cours de route, et ma trilogie a alors été séparée.
Grâce aux Éditions Pochette (une filiale d’AdA), ma trilogie sera enfin publiée sous un même titre, d’où « La Dame de Knox » De plus les trois romans (Le masque du gerfaut, et les 2 tomes de L’amour au temps de la Guerre de Cent Ans) seront bonifiés dans la nouvelle version format poche intitulée « La Dame de Knox
Étant donné que « Le masque du gerfaut » était mon premier roman, il nécessitait beaucoup d’ajustements, et j’ajouterai aussi une nouvelle scène à la fin. De plus, le début du premier tome de « L’amour au temps de la Guerre de Cent Ans » doit être modifié, car à l’époque j’avais dû faire des ajustements au texte original pour le rendre indépendant du masque du gerfaut.
J’ai mis « Le masque » comme sous-titre du tome 1 de « La Dame de Knox », et j’ai gardé les deux sous-titres (La tourmente et L’insoumission) des 2 tomes de « L’amour au temps de la Guerre de Cent Ans » pour les tomes 2 et 3 afin de faire un petit clin d’œil aux premières versions en grands formats.
C’est vraiment un bonheur pour moi de retrouver enfin ma trilogie comme elle se devait d’être initialement.

* Un peu d’explication de notre auteure chouchou !

À plus d’une occasion. Dans ce temps-là, je fais d’autres recherches, je relis le début du roman, et la plupart du temps, l’inspiration me revient.

Écrire, c’est une gymnastique qui demande de s’entrainer régulièrement. Le plus catastrophique pour moi, c’est lorsque je recommence à écrire après une longue période d’arrêt (après des vacances par exemple), car à ce moment-là, mon cerveau est comme endormi et tarde à reprendre…

Pourquoi ???

* Ma question : Est ce que le nom de vos personnages ont un sens pour vous ou ils viennent seulement de votre imagination ?

Tous les prénoms féminins de mes héroïnes commencent par « A » (Anne, Abbygaelle, Alicia, Amélie, Annabel, Adélaïde, Arianna), pour faire un lien avec mon nom de famille « Alain ».

Pour les prénoms de mes héros, je les choisis avec soin pour qu’ils cadrent bien avec la personnalité de chacun.