Addik (Collection Tabou)

Quatrième de couverture

Qu’est-ce que j’ai fait ? Comment ma vie a-t-elle pu dérailler à ce point en si peu de temps ? Probablement que les rails n’étaient pas très solides. Depuis que je suis petit, j’ai comme un immense trou en moi. Ayant horreur du vide, je cherche constamment à le remplir. Les filles et l’écriture de rap m’aident à me sentir un peu plus… complet. Mais ce qui fonctionne le mieux, c’est la drogue. J’ai essayé presque toutes les substances possibles et, encore récemment, je réussissais relativement bien à gérer ma consommation. À l’exception de quelques incidents, elle ne m’avait jamais causé de vrais problèmes. Jusqu’à ce que je touche aux opioïdes… et que je saute à pieds joints dans le trouble. Maintenant, je suis prisonnier et je ne sais plus comment m’en sortir. Je suis… addiK.

Mon avis

En commençant le livre je ne savais pas que c’était une sorte de suite de « toxic » de la collection tabou écrite lui aussi par Emmanuel, j’étais bien contente de pouvoir voir ce que Kata-Strophe était devenu, un peu moins de voir à quel point il était rendu au plus bas 🙁

Je n’ai jamais eu une belle relation avec la drogue, ça me fait tellement peur de voir a quel point ça peu dégénéré, que les personnes accroc peuvent aussi facilement s’en procurer, mais aussi de constater que ce n’est jamais assez, qu’ils veulent ressentir, engourdir toujours plus… Dans le cas de Christophe, comme dans la plupart des cas d’ailleurs, le mal être vient de loin, de son enfance, ce n’est pas pour rien qu’il a besoin de taire cette douleur à l’intérieur de lui, sa rupture avec Kellyann à probablement fait remonter tous ses mauvais souvenirs et le seul moyen qu’il a trouvé afin d’y remédier est de se droguer, de plus en plus fort, au début il pense qu’il a le contrôle, mais rapidement tout dégénère et il ne sait plus comment faire pour s’en sortir. Pourtant, on réalise qu’il aurait pu facilement trouver l’aide espéré ailleurs que dans les opiacés ou l’héroïne ! Son père ferait tout pour lui, mais il le réalisera trop tard malheureusement.

J’ai l’habitude de dévorer les tabous, celui-ci n’en fait pas exception, je l’ai commencé hier soir, j’ai eu beaucoup de mal à le lâcher avant le dodo et dès mon réveil je l’ai terminé ! Quand je tombe dans un livre de cette collection, ce n’est pas seulement mes yeux qui lisent les pages, c’est mon corps, mon être, ma conscience et mon cœur, je m’attache tellement à ces personnages, je réussis à mettre un visage, des noms de personnes que je connais dans la plupart des cas, tout ça pour dire que les sujets touchés dans cette collection peuvent être touchés par n’importe quel commun des mortels !

C’est une de mes collections favorites et ici Emmanuel est venu me chercher encore une fois, c’est sans aucun doute un Coup de Cœur avec 2 grands C !

Merci aux éditions de mortagnes, à commuications Julie Lamoureux mais aussi à Emmanuel Lauzon pour la dédicace !