Psychose (collection Tabou)

Quatrième de couverture

Je suis devenu fou à dix-sept ans. Je l’étais peut-être déjà avant, mais c’est là que ça s’est déclaré, que la psychose a pris le dessus et que la paranoïa m’a englouti.

La vie semblait pourtant me sourire. Je commençais le cégep, j’avais un bon emploi et je venais d’emménager avec mon meilleur ami, à deux pas des résidences où ma blonde habitait. C’était le bonheur, la liberté totale !

Sauf que ça n’a pas duré. Le stress des études, le travail qui me prenait trop de temps, les nuits blanches, l’alcool, le pot… Quelque chose s’est rompu à l’intérieur de ma tête. Mon esprit s’est détraqué. Je me suis mis à voir des ombres, à entendre des voix, à m’imaginer qu’on me voulait du mal…

J’aurais dû écouter mes amis et aller me faire soigner. À la place, j’ai attendu qu’il soit trop tard. Je me suis battu contre ma folie et j’ai perdu.

La psychose est un trouble mental grave qui se manifeste par une perte de contact avec la réalité. Les personnes qui en sont atteintes éprouvent beaucoup de difficultés à distinguer ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas. On estime que de 4 à 5 % des jeunes connaîtront un épisode psychotique. Heureusement, avec les bons traitements, la majorité d’entre eux s’en sortiront.

Mon avis

Tout ce qui touche la santé mentale est un sujet qui vient me chercher particulièrement ! Lorsque j’étais plus jeune, j’ai déjà été confronté à un cas de psychose… Dans ces moments, on se sent bien impuissant, la seule chose que l’on peut faire, est d’essayer de faire comprendre à la personne que ce qu’elle pense ou voit sont des choses qui sont loin d’être la réalité… Mais on s’entend, c’est notre parole contre la sienne. Pourtant, bien des personnes ont le jugement facile et le mot « fou » revient trop souvent à mon gout ! Surtout quand on pourrait essayer d’aider cette personne au lieu de la juger.

J’ai été touché d’une façon très particulière par Émile, j’aurais tellement aimé pouvoir le serrer dans mes bras et essayer d’abréger ses souffrances par des mots gentils et de réconfort… Mais entre vous et moi, ça n’aurait probablement rien changé ! Par chance, il était tout de même bien entouré, malgré le fait que ses amis n’ont pas été assez rapides pour déceler sa souffrance, ils ont tout essayé afin de l’aider !

Ce petit roman est émouvant et accrocheur. Nous sommes témoins du processus de la « maladie ». Nous voyons à quel point elle s’immisce rapidement dans le cerveau de son hôte ! Du début à la fin nous souffrons avec Émile…on ne peut passer à côté de ce livre, comme tous les autres de la collection tabou d’ailleurs ! On s’attache à ces personnages, on les aime ou on les déteste ! Dans « Psychose » je les ai tous aimés, car chacun à leur façon ils ont raconté l’histoire d’Émile, ils ont essayé de l’aider et de le sauver de sa prison qu’il s’était créée.

Pour ce qui est de l’auteure, jusqu’à maintenant, tous les livres que j’ai lus ou que mes filles ont lus d’Ariane furent des coups de cœur ! Celui-ci n’en fait pas exception ! Plus ça va et plus mademoiselle Charland monte dans mon estime ! Je suis accroc aux auteurs du Québec, nous avons tellement de petits diamants bruts c’est fou !!!

Finalement, un roman que j’ai lu en moins de 10 heures est assurément un livre que vous devez lire ! Un coup de cœur pour moi et un de plus dans ma collection !

Merci aux éditions de mortagne et à communication julie lamoureux