Garçon manqué ( chronique club de lecture )

Apprenti chroniqueur : Dylan, 9 ans 1/2

Garçon manqué

Collection Tabou

Écrit par Samuel Champagne

Quatrième de couverture 

« Oh, la jolie petite fille ! » Je suis pas mal sûr que c’est ce qu’on a dit quand je suis né. On a regardé entre mes jambes et le sort en était jeté. Après, ça n’a plus arrêté. « Regarde ses beaux cheveux longs, comme ceux d’un ange », disait toujours mon grand-père. Et mon frère refusait que je reste dans sa chambre quand il était avec ses amis : « Tu ne peux pas jouer avec nous, je ne veux pas d’une petite sœur dans les pattes. » Puis j’entendais ma mère me complimenter : « Éloïse, regarde-toi, ma belle, tu as l’air d’une princesse dans cette robe. »

Éloïse. Je savais que c’était mon nom. Mais qui étaient la sœur, la belle, la poupée dont ils parlaient? Je ne me reconnaissais pas dans ces mots, je me sentais différent et je ne comprenais pas pourquoi. Quelque chose en moi avait mal. Les miroirs et le temps ont répondu à mes questions. J’ai vu un corps de fille. Et pourtant… Malgré mon corps féminin, je sais que ce n’est pas moi. Moi, je suis un garçon. Un gars, un homme, un ti-cul, un dude

Ou vous pouvez tout simplement m’appeler Éloi.

Parfois, la nature fait une erreur, et un enfant naît dans le mauvais corps. Il se livre alors à un horrible combat intérieur, acceptant difficilement son physique comme étant le sien. Lorsque cette personne prend conscience de sa différence, lorsqu’elle décide que le changement de sexe est sa seule option, un immense processus s’enclenche. L’auteur, lui-même en transition, utilise son expérience pour raconter tous les obstacles inhérents à la transsexualité.

L’avis de Dylan

Avant de débuté, j’aimerais mentionner que je ne m’attendais pas à ce que Dylan prenne ce genre de livre ( oui MON Dylan ) il voulait tellement le lire que je lui ai dit que c’était correct, mais qu’il devait s’attendre à des propos et des situations qui le rendrait peut-être inconfortable… Finalement, j’ai eu peur pour rien, il l’a lu en moins d’une semaine et il a été touché par cette histoire, il a vraiment beaucoup aimé sa lecture ! 

Au cours de sa lecture, Dylan m’a dit s’être senti triste pour Éloi, il ne trouvait pas ça cool du tout qu’il se fasse autant taquiner ! Plus il avançait dans sa lecture, plus il redoutait la fin, tellement que lorsqu’il fut rendu au dernier chapitre il l’a refermé et a dit : si je lis les dernières pages maintenant,  je vais l’avoir fini et je ne veux pas le terminer tout de suite. Il s’est attaché au personnage principal et dit qu’il aimerait le rencontrer pour lui dire que lui il ne le juge pas, et qu’il serait même prêt à être son ami ! Il aurait tout de même beaucoup de questions à lui poser…

Alors que j’avais des doutes sur son choix, Dylan m’a surpris plusieurs fois de sa grandeur d’esprit, il m’a posé beaucoup de questions qui m’ont amené à lui parler de l’auteur, de sa transformation, je lui ai aussi montrer les photos dans le livre « Trans » et il trouvait ça courageux de la part de Samuel d’avoir mis sa vie sur papier comme ça et de partager avec tout le monde ce qu’il a vécu ! Il l’admire énormément ! D’ailleurs, si monsieur Champagne lit cette chronique un jour, Dylan apprécierait énormément que vous lui accordiez une petite entrevue ( quelques questions à répondre ).

J’ai demandé à Dylan si lire d’autres livres de ce genre l’intéresserait et il n’a pas hésité à me dire oui… Un grand signe de maturité de sa part !  Pour terminer, Dylan voudrait vous dire ceci : lisez-le, c’est peut-être difficile à lire et à entendre, mais ce roman m’a fait grandir ! 

Un grand merci aux Éditions de Mortagne ainsi qu’à communication Julie Lamoureux pour l’envoi ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *