Auteur chouchou juin 2018

Pour la retrouver sur facebook

Ses romans

(Clique sur l’image pour découvrir mes chroniques, tome 1 en ligne )

   

A quel moment à tu su que tu voulais écrire des romans ?

Il y a environ 6 ans lorsque j’ai rencontré celui qui deviendra mon mari. J’écris depuis très longtemps. A l’école déjà, j’adorais écrire des rédactions, puis plus tard des dissertations et ensuite dans ma vie professionnelle (je suis ingénieur en environnement et sécurité) qui est dans un domaine scientifique, j’essaye toujours de rédiger au mieux, d’améliorer les formulations… J’ai aussi fait des piges lorsque j’ai terminé mes études et j’ADORAIS ça.

Donc il y a 6 ans, j’en ai parlé à Guillaume et il m’a dit : fonce! J’ai commencé à écrire sans trop y croire et les idées se sont enchaînées. C’est là que je me suis dit : ok, on va mettre toutes les idée et les scènes en ordre et faire un roman, puis une suite, puis une trilogie.

Ou as-tu pris tes idées pour bâtir ta trilogie ?

De mon passé, de mes souvenirs, de mes voyages, de mes projets, du comportement de mon entourage et des gens que je connais ou ai connu, de mes croyances… Les idées sont ensuite arrivées au fur et à mesure presque toutes seules. Elles se sont enchaînées presque toute seule, comme par magie. J’en garde un merveilleux souvenir. Mon seul ennemi, le temps qui passait trop vite.

Est-ce qu’Hermine est un personnages fictif en tout point ou est-elle tirée de la vie d’une personne que tu connais.. ou de la tienne ?

C’est un personnage fictif mais qui détient toutes mes facettes, tous mes rêves, toutes mes envies, toutes mes audaces, tout ce que j’aurais voulu être et devenir. Mais je peux encore le devenir… C’est vraiment mon héroïne. Hermine, c’est maintenant devenu le prénom de ma fille, car j’adore ce prénom et que je souhaite à ma fille tout le bonheur du monde et une vie extraordinaire.

Quel genre d’enfant étais-tu plus jeune ?

Plutôt timide, réservée, un peu triste peut-être de ne pas aller plus vers les autres et de ne pas avoir justement le type de vie que j’ai créé pour Hermine et que je souhaite créer aujourd’hui pour ma famille. Une vie où tout est possible.

Étais-tu une grande lectrice ?

Oui, depuis toujours! Ma mère aime lire et m’a transmis cette passion. En premier lieu pour apprendre à lire et ensuite en tant que loisir. J’étais assez solitaire donc la lecture est un bon passe-temps. Je n’aime pas ce terme, car le temps est trop précieux pour vouloir le passer donc un bon loisir, qui permet de s’évader et de rêver.

Quel genre de livre t’attire le plus ?

Les livres dont on ne se doute pas de la fin, peu importe le type de roman, j’aime être surprise, étonnée, n’avoir qu’une envie relire le livre pour le voir sous un autre angle. C’est ce que j’espère avoir réussi à faire avec ma Trilogie.

Qui sont tes auteurs favoris ?

J’aime beaucoup Marc Levy, Musso, Douglas Kennedy, Bernard Werber, Virginia Andrew, Michel Bussi. J’ai lu tous leurs livres mais je lis aussi beaucoup d’autres auteurs, je craque en général pour une couverture et les premières lignes du résumé.

As-tu un en endroit de prédilection pour écrire ?

Non, je peux écrire n’importe où, sur mon smartphone dans les embouteillages, dans une salle d’attente de médecin, sur un post-it, sur coin de serviette, quand les idées viennent il faut que je les notes tout de suite et après je mets en forme au propre dans word. Quand j’écris, je suis tellement dans mon monde que peu importe l’extérieur, je suis toujours au même endroit, dans mon texte et avec mes personnages.

Lorsque tu débute un nouveau roman, quel moyen tu prends afin de bien monter ton histoire ?

Je pars un peu dans tous les sens. Je note les idées, j’écris, je mets en forme ensuite. Je peux très bien écrire le chapitre 1 puis le 3 et ensuite faire le 2. Je travaille un peu dans le désordre mais pour moi ce qui compte le plus ce sont les idées et elles se chamboulent vite dans ma tête. La chronologie, les lieux, les détails peuvent se régler après tant que les idées sont là. Par contre, avec ma petite expérience, je fais maintenant toujours une chronologie car j’ai beaucoup de personnages et il faut garder en tête leur âge et ne pas s’emmêler.

Si tu avais un seul mot pour décrire tes deux premiers romans, quel serait ce mot ?

Rêve

Comment te sens tu lorsque tu réalises que ta trilogie tire à sa fin ?

Je réalise le travail accompli et cela représente beaucoup de travail! L’écriture et les idées sont la partie la plus simple du travail car ce n’était que du plaisir, du bonheur de mettre à plat tout ce que j’avais dans la tête et aussi de réaliser que j’étais capable d’écrire un roman, de rendre vivante une idée, une intrigue. Par contre, ensuite, quand j’ai voulu publié, cela a été plus long, plus décevant, plus compliqué, moins sous contrôle car dépendant de plein d’autres personnes plus ou moins bien intentionnées. Un monde difficile pour un auteur inconnu. Donc le sentiment que j’ai aujourd’hui est que je suis fière d’en être arrivée là malgré les difficultés et que j’aimerais pouvoir continuer à écrire pour que le rêve ne tire pas à sa fin mais ne fasse que commencer.

As-tu d’autre projet en tête après ta trilogie ?

Oui, j’ai des idées, les personnages, les lieux, une intrigue pour un autre roman, voire peut-être une trilogie. J’ai aussi le projet à terme que cette passion de l’écriture puisse me faire vivre et dans ce sens, je cherche à voir comment je pourrais vivre de ma passion pour l’écrire, pas seulement en tant qu’auteure, mais vraiment dans un métier où l’écriture est omniprésente, mais c’est complexe…

Penses-tu qu’il est possible aujourd’hui de vivre de l’écriture ?

Sincèrement, je pense que oui, mais que ce n’est actuellement pas mon cas, mais j’y travaille et j’espère pouvoir un jour répondre simplement oui, même si le chemin sera long, très long.

Si tu aurais un souhait à faire concernant ton métier d’auteur, quel serait ce souhait ?

De pouvoir en vivre et donc de n’être qu’écrivain en CDI temps complet.

Aurais-tu un message à faire passer à tous ceux et celles qui aspirent devenir auteur un jour ?

De ne pas hésiter! Mais je dirais cela à n’importe qui qui aspire à n’importe quoi. Toujours vivre ses rêves car la vie est trop courte pour hésiter! En écrivant cela, je me rends compte qu’aujourd’hui justement je suis en passe de faire des choix de vie et que j’hésite car prendre des risques c’est dangereux… mais mon conseil reste valable quand même pour les autres. J’essaye juste moi aussi de l’appliquer!

Je souhaitais ajouter encore quelque chose après ces questions pour vous montrer à quel point écrire me comble. J’ai pris beaucoup de plaisir à répondre à ce questionnaire car il faut simplement faire des phrases, ouvrir son cœur et y mettre des mots. Ecrire me fait beaucoup de bien, c’est comme faire du yoga pour moi ou de la méditation, j’arrive à me recentrer dans les moments où je pars dans tous les sens et au-delà de noter des idées, écrire me remet les idées en place!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *