L’enfer derrière les barreaux

Quatrième de couverture

En décembre 1994, la vie du Québécois Stéphan G. Zbikowski tourne au drame. Pensant amorcer avec sa famille une carrière prometteuse dans le concassage du quartz au Vénézuéla, il est vite arrêté pour avoir transporté des contenants qui, à son insu, avaient été remplis de cocaïne.

Malgré l’absence de preuves, Stéphan est incarcéré à La maxima de Carabobo, surnommée « Le Monstre », où les détenus sont confinés dans de minuscules cellules surpeuplées, infectes et insalubres. L’endroit lugubre est infesté de moustiques, de coquerelles et de rats. Les hommes sont sauvagement battus et vivent comme des bêtes dans la noirceur quasi totale.

Alors que sa mère tente l’impossible pour le libérer de ce calvaire, personne ne peut avoir la certitude qu’il en sortira vivant…

L’espoir succède au désespoir dans ce témoignage poignant qui nous fait voir notre liberté d’un nouvel œil et apprécier la proximité de ceux qui nous sont chers.

Mon avis

Ouffff, quel livre touchant, déstabilisant, perturbant… Je n’ai pas vraiment le bon mot pour expliquer ce que j’ai ressenti durant ma lecture, colère, désarrois, tristesse… Et le pire dans tout ça, c’est que quand on voit tout ce qui se passe aujourd’hui, on se dit que les criminels méritent bien le sort qu’on leur réserve en prison… Mais qu’en est-il lorsque la personne qui s’est fait arrêter n’est aucunement responsable des actes qui l’ont envoyé en prison… et en plus, la pire prison au monde ?

Quand monsieur Zbikowski se retrouve en prison, à tous les jours, il ne perd pas espoir, il se dit que ce n’est qu’une question de jour… Mais le temps passe, les semaines, les mois… et il vit un véritable enfer ! Des excréments sur les planchers, les murs, des toilettes bouchées, de la nourriture infecte et des insectes, juste ces mots nous donnent le gout de vomir, alors imaginez vivre 24 heure sur 24 là-dedans ! En plus de ces conditions de vie exécrables, se joint à tout ça l’intimidation, la violence et l’humiliation.

Au cours de l’histoire, nous voyons deux côtés, celui de Monsieur Stephan, mais aussi celui de sa mère qui a vécu elle aussi beaucoup de tourment et ce à l’extérieur de la prison… Ce n’était pas une mince affaire que d’essayer d’entrer de la nourriture, ou seulement un peu de chaleur à son fils à l’intérieur des barreaux, parfois elle réussissait en payant les gardiens mais imaginez le nombre d’argent qu’elle a dû débourser pour faire du bien à son fils ! C’est épouvantable !

Pour terminer, L’enfer derrière les barreaux est un livre touchant et saisissant mais il démontre aussi que l’auteur a fait preuve d’une énorme volonté de vivre ! La débrouillardise et l’intelligence ont surement aidé Monsieur Zbikowski à rester en vie dans cette prison de l’horreur ! Malgré le fait qu’il ne pourra jamais oublier cet épisode de sa vie, j’espère qu’aujourd’hui cet homme est fier de ce qu’il a réussi à affronter et je lui souhaite tous les bonheurs du monde pour le reste de sa vie !

Merci à mes merveilleux partenaires

Pour acheter ce livre 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *