Bien roulée

En partenariat avec Les Éditions de Mortagne et

communications Julie Lamoureux

 

Quatrième de couverture

En tant que styliste, je voyage beaucoup et j’habille de grandes stars, ce qui me permet de flirter avec la mode, que j’adore, mais que je ne pourrai malheureusement jamais porter, faute d’avoir une shape de cure-dent ! En effet, mes rondeurs et mes bourrelets me font davantage la taille d’un bourdon que celle d’une guêpe…

Et, allez savoir pourquoi, la maladresse me colle aux fesses autant que la cellulite, me plongeant toujours dans des situations ultra-embarrassantes… dont je suis seule à pouvoir rire. Si seulement mon emploi du temps me permettait de me faire de vraies copines : mes gaffes seraient peut-être plus drôles en gang !

Malgré tout, ma vie me plaît. Et je m’aime bien, moi. Ce sont les stéréotypes qui ne m’aiment pas ! Tout comme les hommes, d’ailleurs, puisque je n’ai toujours pas trouvé chaussure à mon pied.

Mais voilà qu’il y a ce beau policier qui me fait de l’œil. Ou c’est moi qui lui fais de l’œil ? Peut-être que c’est seulement dans ma tête. Peut-être que je crois déchiffrer des signes là où il n’y en a pas…

À trente ans, j’ai enfin l’impression que le vent va tourner ! La vie a mis sur ma route une bonne amie, et l’amour semble sur le point de frapper à ma porte. Pourvu que celle-ci s’ouvre assez grand pour que je passe dedans !

Mon avis

Mais quel bon livre ! Celui-là est arrivé juste à point… Je pense que j’en avais vraiment besoin ! Avec la fin d’année qui arrive, les examens, les fins de semaine de camping, le ménage et les enfants qui ont hâte de tomber en vacances, « Bien roulée » est vraiment arrivé juste à temps dans ma vie !

Durant ma lecture, mon conjoint m’a trouvé vraiment bizarre… Je vous explique… il est 22: 30, on est couché dans notre lit, il joue tranquillement sur son Cell, moi je lis et là je me mets à rire, mais incapable d’arrêter, et plus je continue de lire, plus je rie ! Ou bien un moment je me mets à pleurer, comme ça, et il me demande pourquoi j’ai les larmes qui coulent, et moi de répondre : Pauvre Rosaline !

Tout dans ce roman est parfait ! Tout d’abord, Rosaline est tellement attachante, on n’a aucune difficulté à retrouver un peu de nous en elle, jeune femme dans la trentaine, un peu ronde qui a de la difficulté à s’accepter ! Malgré son négativisme, elle réalisera bien assez tôt qu’elle aussi, elle a droit au bonheur !

De plus on retrouve des répliques tordantes de chez nous ! Ses parents, surtout son père, m’ont littéralement séduite ! L’histoire est superbe, le genre de livre dans laquelle tu t’embarques et que tu as beaucoup de difficulté à lâcher parce que tu veux voir ce qui va se passer ensuite ! Je le recommande très fortement à tous les amateurs de Chick lit ! Si un jour je suis en panne de lecture, il fera partie de mes livres à relire car c’est avec ce genre de roman que je peux déconnecter et juste profiter des bienfaits de la lecture !

Pour terminer, « bien roulé » est le tout premier roman d’Annie Lambert et j’espère que ce ne sera pas son dernier car j’ai vraiment adoré son style d’écriture ! Si vous voulez un roman rafraîchissant, drôle, romantique et qui fait un peu rêver ce livre sera parfait pour vous !

*** Merci aux Éditions de Mortagne et à Julie Lamoureux pour l’envoi ***

Pour vous procurer ce livre :

Abigaël Messagère des anges T1

En partenariat avec Les Éditions JCL

Quatrième de couverture

Novembre 1943

Accompagnée de sa tante, Abigail Mousnier se réfugie chez son oncle paternel, un fermier aisé établi au pied d’Angoulême. Son arrivée n’enchante guère la famille qui se méfie d’elle, car l’orpheline de bientôt 16 ans a hérité des dons de sa mère : Le don de guérir, et plus inquiétant, le don de voir les âmes errantes, de leur parler et de les aider à s’élever vers la lumière.

Bien malgré elle, la fougueuse jeune femme se retrouve au coeur des activités de la résistance dont elle perce les secrets. Confrontée aux violences de son cousin, elle rencontre par ailleurs Adrien, un réfractaire au service du travail obligatoire, dont elle tombe amoureuse. Sans doute, l’attention que lui portera ce brave homme, tout comme l’affection du professeur Hitier, créeront un baume sur les maux qui découlent de ce climat accablant.

Mais un mystérieux appel l’obsède : des visions furtives d’une femme brune « ni vivante ni morte ». Abigail décide de la retrouver à tout prix, protégée par un chien aux allures de loup surgi de la nuit. Est-ce vraiment par hasard qu’elle ait emménagé en Charentes ? Jusqu’où cette quête la mènera-t-elle ?

Mon avis

J’ai toujours cru en tout ce qui a trait au fantôme et à l’au-delà ! Lorsque j’étais au cégep, un professeur de ma technique était capable, par le biais d’une photo, de savoir si la personne se trouvait de l’autre côté de la lumière… Je trouve ça fabuleux une personne qui a des dons ! Surtout quand elle s’affirme et s’en sert à bon escient.

Abigaël, dans ce livre, est une jeune femme qui porte un lourd fardeau sur ses épaules, en plus de voir des personnes décédées qui errent encore sur terre, elle a perdu son père et sa mère étant toute jeune. De plus, les années auxquelles elle appartient ne sont pas des plus facile avec la guerre qui sévit ! Une chance, sa tante Marie a toujours été là pour elle. Lorsqu’elle arrive chez son oncle et sa tante, elle essaie du mieux qu’elle peut à s’acclimater à sa nouvelle vie, mais quelque chose ne tourne pas rond dans cette maison, et dans cette ville aussi par le fait même ! Elle ne peut pas s’en empêcher, elle doit découvrir ce qui se passe autour d’elle ! À partir de ce moment, plusieurs morceaux du casse-tête se mettent en place et Abigaël comprend qu’elle n’est pas arrivé là pour rien, elle a bel et bien une mission à accomplir en ces lieux, même si cela ne s’avère pas facile ! La boucle de ce premier tome n’est pas encore tout à fait boucler, et la finale nous donne le goût d’ouvrir le second tome dès maintenant ! Malheureusement nous devrons patienter encore un peu 😛

Je ne vous mentirai pas, quoique j’aie toujours su que Madame Dupuy est une grande auteure, ce roman est le tout premier que je lis de cette grande dame de la littérature et je n’en suis nullement désenchantée ! J’ai très hâte de poursuivre mes lectures en ce qui a trait à Abigaël et je vais surement faire quelques recherches afin de me procurer d’autres romans de cette auteure ! 

*** Merci aux Éditions JCL pour l’envoi ***

Pour vous procurer ce roman :

Miss Cyclone

En partenariat avec Hachette Canada

Quatrième de couverture

Coney Island, là où New-York se jette dans la mer, est un endroit enchanteur l’été, avec sa fête foraine légendaire, et fantomatique l’hiver quand les manèges sont à l’arrêt. C’est là qu’Angela et June, 16 ans, ont grandi ensemble. Deux jeunes filles vives et joyeuses, que rien ne destinait à s’entendre, et que rien ne peut séparer.

Mais une nuit, la nuit où toute la jeunesse New-Yorkaise pleure la mort de John Lennon, leur vie prend un tour inattendu : Angela, par un mélange de fatalisme et d’innocence, accepte de son petit ami ce qu’elle ne voulait pas vraiment. Parce qu’elle n’ose pas en parler à June, son silence devient un secret… Et leur destin à toutes les deux en sera changé à jamais.

Mon avis

Que dire de ce roman… Je l’ai trouvé pratiquement parfait ! J’ai vraiment beaucoup aimé ma lecture !

Lorsqu’on lit la quatrième de couverture, tout porte à croire que nous serons amenés dans une histoire de jeunesse, de rapports non consentants, et à la limite de viol… Mais c’est beaucoup plus que ça. J’ai retrouvé dans ce roman le véritable sens de la vie ! Lorsqu’on prend des décisions, lorsqu’un simple geste peut changer notre vie à jamais. À travers Angela et June, deux filles totalement différentes, nous voyons la vie de deux façons, d’un côté l’argent, le pouvoir et les peines d’amour, de l’autre la vie simple mais douillette, un mari, une famille… Laquelle des deux est vraiment l’idéale ? Est-ce qu’il y a réellement une façon de vivre parfaite ? Nous découvrirons au fil des pages que malgré tout ce que nous faisons, tout peut changer, un acte, une parole, un geste peut changer le cours de l’histoire ! Je n’ai pas seulement découvert un roman ou une histoire, mais aussi une belle philosophie !

Vous l’aurez deviné, l’histoire ne se passe pas seulement durant l’adolescence des deux jeunes filles, on parcourt les années avec elles, nous revivons le deuil de John Lennon, un grand chanteur dont les chansons ont bercé plusieurs générations, mais aussi le premier attentat terroriste, lorsque les tours jumelles et des tas de vies ont été détruite.

Dans ce roman, l’auteure ( que je ne connaissais pas) touche plusieurs aspects d’un bon roman avec brio ! Sans trop de détails, juste bien doser, les passages d’une décennie à l’autre se font en douceur. Deux jeunes filles, une amitié, une histoire d’amour, des secrets et des chagrins, des coeurs brisés, une vie qui prend un tournant inattendu et une belle finale font de ce roman un vrai petit bijou !

***Merci à Hachette Canada pour l’envoi ***

 

Pour vous procurer ce livre :