À la dérive


En partenariat avec les éditions de Mortagne


Quatrième de
couverture

Maltraités et négligés par une mère alcoolique et toxicomane, Nolan et sa soeur, encore tout jeunes, sont pris en charge par la DPJ. Commence alors un long périple de famille d’accueil en famille d’accueil, au rythme des mauvais coups que fait Nolan pour en être expulsé.

À seize ans, après avoir passé la moitié de son existence dans le « système », Nolan est toujours convaincu qu’il réussira à retourner auprès de sa mère. Même si celle-ci ne lui témoigne plus aucun intérêt, il ne peut envisager sa vie sans elle et n’offre son attachement à personne d’autre. Jamais une nouvelle mère ne pourra être plus aimante que celle qu’il s’est fabriquée dans son imaginaire.

Son agressivité grandissante et ses séjours fréquents au centre jeunesse lui confèrent un statut de délinquant, de rebelle. Qui donc voudrait d’un adolescent pareil sous son toit ? Une famille, pourtant, semble finalement croire en lui… Et il y a Laurie. Si forte et courageuse. Se pourrait-il que cette rencontre parvienne à tout changer ?

Citation

« Il me semble qu’elle n’aurait qu’à me dire je t’aime. Pour le reste, je serais prêt à passer l’éponge. À endurer ses conneries et ses maudits amis aussi toxicomanes qu’elle. Je n’en veux pas, de maudit chat. Pour qu’il me rappelle chaque seconde que ma mère n’était pas capable de me soigner, de me nourrir, de m’offrir une caresse. J’aurais tout donné pour ronronner dans ses bras. »


Mon avis

Lorsque j’étais jeune, nous étions une famille d’accueil, nous avons accueilli chez nous bon nombre d’enfants de tous les âges, de tous les genres et qui ont tous vécu des problèmes différents! Ce n’était jamais facile pour nous, mais aussi pour eux, arriver dans une nouvelle famille comme ça avec de nouvelles règles. Un faux frère et une fausse sœur, une nouvelle chambre, de nouveaux amis… Et pourtant, même si l’on faisait de notre mieux pour qu’ils se sentent chez eux, nous ne connaissions pas vraiment le fin fond de leurs pensées.
J’ai commencé ce nouveau livre de la collection «tabou» hier soir vers 22 heures, et ce matin dès mon réveil j’ai replongé dedans! Je dois vous avouer que c’est seulement le deuxième livre de cette collection que je lis et les deux je les ai lues cette semaine! J’ai découvert une collection intense et vraie, je ne pensais pas que ces deux livres viendraient me chercher autant qu’ils l’ont fait
Parlons maintenant du livre! J’ai eu l’impression de lire le journal d’un jeune homme blessé, de découvrir ce que c’est que d’être un «enfant de la DPJ» parce que non, même si l’ont pense tout connaître, on ne sait pas ce que c’est! La douleur, le chagrin, le mal qu’ils ont en dedans, cela les détruit petit à petit… Nolan fait partie de ces jeunes qui ont eu un passé troublant, on se demande ce qui s’est passé pour qu’il devienne ce qu’il est aujourd’hui, et peu à peu tout au long de l’histoire on apprend à les connaître, lui et sa sœur, et l’on comprend… À partir de ce moment, on ne peut qu’espérer que de bonnes choses vont lui arriver! Ce qui fait que nous avons beaucoup de difficulté à nous arrêter! Est-ce que Nolan finira par oublier sa mère et ce qu’elle leur a fait subir? Son cœur meurtri parviendra-t-il à aimer de nouveau? Connaîtra-t-il enfin le bonheur?

«À la dérive» est un roman touchant, bouleversant, mais aussi rempli d’espoir! Je pense sincèrement que la série «tabou» devrait être présenté dans les classes au secondaire, car à travers ces histoires ont reconnaît les réalités de la vie, comment y faire face et comprendre aussi ceux qui vivent ces situations! Ça pourrait sûrement aider à ouvrir l’esprit des personnes qui ont des idées arrêtées et des préjugés…

J’ai adorée ma lecture, et j’espère sincèrement que ma chronique vous poussera à aller vous chercher les livres de cette collection qui parle de sujets qui vous interpellent, que ce soit : l’homosexualité, le viol, le cancer, la transsexualité! Sérieusement si vous avez des questions, peu importe, je pense que ces livres pourraient vous aider à mieux comprendre

*** Merci aux éditions de Mortagne pour l’envoi ***




Pour vous procurer ce livre :
À la dérive





La fiancée au corset rouge

*** En partenariat avec les éditions JCL ***


Quatrième de
couverture

À l’été 1688, Adélie, une jeune orpheline française, monte sur le Saint-Louis au port de La Rochelle pour rejoindre son fiancé en Acadie. Toutefois, ce n’est pas dans les bras de son amoureux qu’elle se retrouve au terme de sa traversée de l’océan Atlantique, mais plutôt au coeur d’une attaque de pirates, qui prennent le navire d’assaut. Elle attire bientôt la convoitise d’arme, un renégat aussi élégant que redoutable, qui ne recule devant aucune violence pour en faire sa prisonnière personnelle. Or, le forban compte plusieurs ennemis parmi ses compagnons; il décide donc de s’enfuir dans les forêts vierges de l’Acadie, ou Adélie est forcée de le suivre…

Arie ne fait aucun mystère de son désir pour sa captive, mais il promet tout de même de la conduire à son fiancé, à Grand-Pré. Dans la solitude de l’immensité sauvage qui les sépare de leur destination, Adélie pourra-t-elle résister aux séductions d’arme, dont le passé nébuleux et la bravoure devant le danger amplifient le charme ?

Un récit d’aventures et de voyages, de passion et de jalousie, de découvertes et de cruautés, ou chaque rebondissement force cette jeune fille réservée à confronter davantage sa véritable nature.  

Citation

« J’aurais pu avoir peur de me noyer, mais je m’amusais trop. Et je savais qu’il me sauverait encore. Il me sauvait toujours. »


Mon avis

J’ai eu un peu plus de difficulté à embarquer dans cette histoire, est-ce que c’est parce que j’étais plus fatiguée… ou bien parce que ce n’est peut-être pas tout à fait mon genre ? Je ne sais pas réellement pourquoi, mais à force d’avancer dans l’histoire j’ai quand même  apprécié ma lecture et j’avais très hâte de voir comment cela se terminerait ! 

Nous suivons donc les aventures, ou, devrais-je dire, les péripéties d’Adélie, une jeune femme, de 19 ans qui est censées aller retrouver son promis en Acadie… Mais son voyage ne se passera pas comme prévu !  Contre toute attente, elle ne sera pas aussi démunie que l’on pourrait le penser, malgré tout l’amour et le désir qu’elle porte à son fiancé, son coeur est tout de même troublé par les sentiments qu’elle ressent face à son ravisseur. N’étant pas aussi méchant qu’il pourrait l’être, entre les deux il se crée une  confiance et une certaine chimie ! Tout au long du roman, on se demande si elle retrouvera finalement son grand amour, et si elle le retrouve, tout ce bonheur qu’elle a tant rêver sera-t-il à la hauteur de ses attentes. Et si sa véritable âme soeur n’était pas celle à qui elle a donné son coeur ?
L’écriture de l’auteure est superbe. J’aime beaucoup quand l’accent est mis sur les petits détails, cela m’aide à me transporter sur les lieux ! Ensuite, l’histoire est très bien pensée ! On retourne en arrière, au temps de la Nouvelle-France, de la piraterie et des combats à l’épée ! Qui n’aime pas rêver de corset écarlate, de grandes robes et s’imaginer être à la place d’une femme victime d’un amour éperdu ? C’est certain, ce roman à de quoi faire rêver !
Pour un premier roman, Pascale Dussault s’en sort à merveille ! Non seulement l’action et l’aventure sont au rendez-vous, mais il y a aussi de l’amour et de la douceur à profusion ! Tout est là pour ravir les coeurs des lecteurs ! 

*** Merci aux éditions JCL pour l’envoi ***



Pour vous procurer ce roman :


Auteur chouchou février 2017

Mon auteure chouchou du mois est…

 Où as-tu trouvé ton inspiration pour ta série :
Le début de la fin?

 * Tout a commencé le jour où ma fille après une conversation à propos d’un livre coup de cœur, me dise : pourquoi tu n’écrirais pas un livre toi aussi? Et là! le déclic s’est fait. Automatiquement,
on s’est mis à inventer une histoire… je savais déjà qu’un énorme mensonge
habiterait mon livre, que les quatre éléments seraient présents et vu que
j’adore le fantastique, il me fallait des fées, des loups-garous, des sorciers
et des vampires. Je savais aussi que mon héroïne deviendrait bien vite une
partie d’un tout, qu’elle ne serait pas seule à affronter les problèmes
abracadabrants que j’allais lui créer. Quand enfin j’ai fait une fiche de
travail, afin de ne pas me perdre dans mon histoire, qui est somme toute assez
compliquée, j’ai commencé à écrire et étrangement les idées se sont enchaînées sans que j’aie beaucoup de contrôle sur le phénomène. Je me contentais d’écrire
ce que mon imagination me dictait. Bien vite, mon livre est devenu une série,
il était tout à fait impossible de conquérir toutes ses races dans un tome… Le
livre Destinée Inconnue n’était pas encore terminé que ma fiche de travail
c’est agrandi et que les tomes 2, 3, 4 et 5 étaient déjà planifiés, les
grosses lignes écrites…

 Ma fille Sandryne, a un très grand rôle à jouer, en plus
de créer les couvertures, elle me motive, encore aujourd’hui après 3 tomes,
quand j’ai besoin d’un point de vue différent ou d’extérioriser mon trop plein
d’idées, elle écoute et émet ses opinions, ses idées… J’ai écrit le tome 1,
à la base pour elle en quelque sorte!

J’ai toujours eu beaucoup d’imagination, tout m’inspire,
des gens que je rencontre, mes enfants, mes rêves, même la vie
quotidienne avec le ménage et le lavage… Je vis avec mes personnages et j’invente
constamment des péripéties. C’est grave, docteur? 

 Si tu étais l’un de tes personnages, lequel
serais-tu?

* Je répondrais : Tia! Mais, il y a quand même un peu de moi dans chacun d’entre eux… Je suis curieuse, maladroite et je n’ai pas la langue dans ma poche comme Tia. Je suis une lectrice compulsive comme Pam. Je suis aussi solitaire et tranquille comme Lou et je suis d’une légendaire
impatience, tout comme Luca. Je pourrais aussi ajouter : têtue comme Katy,
optimiste comme Maya et persévérante comme Jack. =) Bon! ça me fait beaucoup de
défauts tout ça… je vais ajouter juste pour vous donner une bonne impression
que je suis aimable, gentille et serviable! =)

 

 Quelle est ta saison favorite ?

* Chaque saison a ses bons et mauvais côtés, mais pour moi en été tout est plus simple! Moins de vêtements, pas d’école, plus de devoirs et de lunchs! Par contre, c’est synonyme de corrections et de mise en page pour le petit dernier qui sort habituellement à la rentrée! J’aime bien l’automne
pour ses couleurs et ses températures moins chaudes, par contre la sortie du
nouveau livre est toujours accompagnée de beaucoup de travail :
impression, distribution, promotion, vente, lancement… Je suis frileuse, donc
moi l’hiver, je suis très casanière, ce qui me permet d’écrire beaucoup, ça me
fait apprécier un peu plus la saison froide, ma créativité peut enfin être
libéré! Au printemps, je renais, j’ai l’impression de sortir de mon
hibernation!

 Quel est ton genre de lecture favorite?

*Un peu de tout! J’alterne toujours les genres pour ne pas
me tanner. Fantastique, historique, chick lit, polars, horreur… enfin bref, le
seul genre que je n’aime pas particulièrement, à défaut probablement d’avoir
trouvé le bon livre à lire, c’est les romances à l’eau de rose! 

 Qui sont tes auteurs préférés (toute nationalité)?

 *Il y en a beaucoup, c’est difficile. J’en aime tellement, mais je vais vous donner un top des livres/auteurs qui ont changé ma vie, des livres qui m’ont marquée, que j’ai lu et relu et qui m’ont inspiré.

— Dan Brown pour tous ses livres.— Chris Kuzneski pour tous ses livres.
— Anne Rice pour tous ses livres.— J. K. Rowling pour la série Harry Potter.— Charlaine
Harris pour la série Sookie Stackhouse.
— Neal Shusterman pour la série Les fragmentés. 

 Qu’est-ce qui te passionne, mise à part
l’écriture? 

* J’aime beaucoup cuisiner, surtout des desserts! La
rebelle en moi ressort souvent dans mes recettes, que je refuse de suivre!

La lecture, je lis en moyenne 1 à 2 livres par semaine. La
lecture est nécessaire, moi aussi j’ai besoin de voyager!

Mes enfants, ils sont le centre de ma vie, ma raison
d’être, ma motivation ultime de donner le meilleur de moi-même!

 Lorsque tu étais jeune, quelle genre d’enfant étais-tu ?

* Une super
tannante! Sans blague, j’ai appris à marcher à 10 mois et je n’ai pas arrêté de
courir depuis ce jour! J’étais aussi un moulin à parole la minute où j’ai
appris à parler! J’étais fouilleuse et curieuse! Et je suis devenue une ado
téméraire… et ça, je ne vous raconte pas! =) En bref, je n’étais pas reposante!
Je plains ma pauvre mère, maintenant que j’ai des enfants! 

 **** Je voudrais pas être méchante mais en effet avec cette photo tu n’avais pas l’air trop reposante hihi, face de grippette !!! ****

 

 À quel moment as-tu su que tu voulais devenir

écrivaine?    

*Quand le tome 1 était prêt pour l’impression, quand j’ai tenu dans mes mains
l’épreuve finale, toute corrigée, tout beau, tout parfait… à ce moment, j’ai su
qu’une belle histoire commençait… que j’étais devenue auteure de romans pour
jeunes adultes, une écrivaine! 

 Pour quelle raison as-tu décidé de te lancer dans le
fantastique?

*Le fantastique a toujours été pour moi une source d’évasion tellement extraordinaire,
contrairement aux autres genres littéraires. Le fantastique me permet de
m’évader sans me poser de questions, tout est fictif, je n’ai qu’à lire et
voyager et c’est cet objectif que je me suis fixée en écrivant, faire décrocher
mes lecteurs de leurs soucis le temps de lire mon histoire! 

    Le meilleur moment de la journée pour écrire? 

*Sans contredit le matin quand la maison est finalement vide! Je m’installe avec mon portable et ferme le WiFi et la télé. Je passe des heures avec plusieurs cafés bien forts et je pianote sur le clavier en laissant
aller mon imagination!

 

 Si tu avais qu’un seul pouvoir, lequel ce serait ?

*J’aimerais faire de la magie, les possibilités seraient infinies!
Entre les sorts, potions, incantations et rituels, je serais tellement dans mon
élément! Ah oui! c’est certain, je serais une sorcière redoutable!

 

 

Si l’on te permettait de passer 30 minutes avec un auteur ( décédé ou vivant ) qui choisirais-tu ?

*Anne Rice, je voudrais tellement savoir comment elle travaille, son processus
d’écriture, mais surtout où elle puise son imagination que je qualifie de complètement
tordue. Elle est une des rares auteures que quand je termine ses livres, je me
demande toujours quel genre de personne peut-elle être pour penser à des choses
aussi bizarres. Je trouve ses histoires complètement fascinantes. 

 

 Qu’est-ce qui te rend le plus fière dans tes romans ?

 *Tout!
C’est un sentiment d’accomplissement incroyable de tenir ton petit dernier, tout
frais, tout beau! Mais encore plus, je rencontre régulièrement des lecteurs qui
m’ont touchée par leur amour de mes livres, le sentiment que tu as réussi à les
faire voyager et qu’ils en veulent plus. Ils te suivent, t’envoient des
messages et attendent patiemment le prochain tome… ça, ça n’a pas de prix,
c’est la raison qui me pousse à poursuivre! 

 As-tu un tome que tu aimes le plus ? Et pourquoi ?

 *Non, je n’ai pas un tome préféré! Chacun d’eux a quelque
chose de spécial pour moi!

Le tome 1 : j’ai aimé exploiter le mensonge et
construire mes personnages, leur donner leur caractère, rien n’était écrit, je
pouvais inventer, me lâcher, ça été très libérateur d’écrire Destinée Inconnue,
ce tome m’a donné envie de continuer!

 Pour le tome 2 : j’ai pu enfin travailler le côté
suspense, bâtir des intrigues, les problèmes commençaient vraiment pour mes héros,
j’ai eu une révélation avec Les Héritiers Divins, j’aime écrire les scènes de
combats, les imaginer, les décrire et les ressentir. 

 Pour le tome 3 : J’ai beaucoup apprécié développer leurs vies
sentimentales, oui Tia est la principale concernée dans les Tyrans de la Nuit,
mais sans vous en rendre compte, j’ai aussi semé des idées… vous serez surpris
par la suite! Mon défi était de ne pas aller trop loin dans mes scènes, mais
laisser votre imagination travailler, j’ai quand même des lecteurs assez jeunes
=)

 Pour le tome 4 : mon défi du moment est de
structurer les deux derniers tomes, en relisant les tomes 1, 2 et 3. Je
veux boucler toutes les boucles, tranquillement, mais surement, la structure
prend place et je dois avouer que je ne sais pas comment tout faire rentrer
dans deux livres… Je ne peux pas m’empêcher d’écrire les deux derniers tomes en
même temps!

 

As-tu d’autres projets en tête pour le futur ?

 *Oui, certainement, tout plein, j’ai toujours trop d’idées!
J’aimerais traduire ma série en anglais pour pouvoir atteindre plus de
lecteurs. J’aimerais bien aussi faire une tentative avec une histoire érotique,
ça fait un moment que ça me chicote, mais plus concrètement, j’ai une dystopie
qui est en remue-méninges, j’ai la tête qui bouillonne d’idées! 

 

 J’ai du mal à comprendre pourquoi des séries comme la
tienne ne sont pas éditées. Est-ce un choix de ne pas se faire éditer par une
maison d’édition ou des refus que tu as eu? 

 *J’ai eu beaucoup de refus au Québec et quelques offres
d’éditions de la France, que j’ai refusées. Quand tu es éditée par une maison
d’édition, tu perds tes droits d’auteur pour la durée du contrat et perdre mes
droits en France sans nécessairement être distribué au Québec était
inconcevable pour moi. Je me suis donc tournée vers l’auto-édition et pour le
moment ça me convient, quand la série sera terminée, je ferai possiblement un
nouvel essai avec une maison québécoise.

 

 Et voilà que se termine le mois d’Ellen Vaillancourt !!!

Je voudrais l’a remercier chaleureusement d’avoir acceptée de nous dévoiler un peu d’elle-même, de ses romans et de sa vie ! 

 Je vous laisse les liens qui vous permettront d’en apprendre encore plus sur elle et sa série : Le début de la fin !