La femme de Djébel-Bargou

En partenariat avec les éditions JCL
Quatrième de
couverture

Désorientée et confuse, Sophie se réveille dans une chambre qu’elle ne reconnaît pas. Elle ne sait ni ou elle se trouve ni qui est Joël, l’individu qui se tient à son chevet. Surtout, elle ne se rappelle plus qui elle est…

L’homme lui explique alors qu’ils sont des Canadiens venus en Tunisie pour s’adonner à la culture des olives et qu’un malheureux accident a causé sa terrible perte de mémoire.

Elle doit retrouver ses repères, se familiariser avec son environnement et redécouvrir Joël, qu’elle trouve très attirant. Peu à peu, les époux se rapprochent et vivent une véritable lune de miel en parcourant les environs aux cent paysages enchanteurs.

Mais le passé de Sophie remonte à la surface par vagues. Loin de la rassurer, il la plonge dans un mystère lancinant, qui ne fait que s’épaissir au fil des jours…

Un roman qui entraîne le lecteur aussi bien à travers les beautés de la steppe tunisienne que dans le cerveau d’une femme en quête de son identité.

Citation

« Je reste longtemps à regarder le mur sans le voir vraiment. J’étouffe, je veux hurler, mais aucun son ne parvient à mes lèvres. Sous la pression sanguine irrégulière, mes temps me font mal, mon muscle cardiaque se serre à chaque nouvelle pensée; le jardin qui avait nourri mon optimisme, le voyage à Kairouan qui m’avait redonné la passion, le travail acharné, les heures à attendre que Joël revienne, tout ça n’a servi à rien à partir du moment ou ma confiance part en lambeaux. »

Mon avis

Je tiens à être honnête avec vous, au départ, la couverture de ce livre ne me disait absolument rien… la quatrième de couverture non plus d’ailleurs, mais là, le proverbe : ne jamais juger un livre par sa couverture prend tout son sens! Jamais je n’aurais pensé que ce roman deviendrait un coup de cœur!

On commence l’histoire avec Sophie qui se réveille d’une très longue sieste, elle a la tête vide, comme si sa vie d’avant n’était qu’un grand trou noir. Puis elle fait la rencontre de Joël, son amoureux, dit-il. À partir de ce moment, on réapprend à vivre avec elle, on s’imprègne des lieux, de ces paysages enchanteurs. Pour sur, Joël est très attentionné, on le sent tellement amoureux et Sophie finit par tomber sous son charme bien évidemment. Elle désire au plus profond d’elle même de redevenir cette femme qu’elle était avant, celle que son amoureux se plaît à décrire si bien. Par contre, ce ne sera pas aussi facile que l’on y croit… Au travers des paroles et des petits brins de souvenirs qui lui reviennent tranquillement, on se rend compte que la vie qu’elle s’efforce de vivre n’est peut-être pas celle qui l’attendait réellement. Et si Sophie n’était pas celle que Joël s’acharne à lui détailler? Et si Sophie n’était pas censée être là, en Tunisie… avec cet homme?

À partir du moment ou l’on entre dans l’histoire, il est très dur de refermer ce livre, tout d’abord on veut être témoin de tout cet amour qui unit les deux personnages principaux, et par la suite, on est enragé, triste et inquiet! Puis finalement, tout ce que l’on désire, c’est de connaître la vérité et la conclusion… Avec tout ce que Sophie à enduré, on ne peut juste pas mettre le livre de côté sans savoir comment son histoire va se terminé. 

La femme de Djébel-Bargou est un premier roman pour Julie Boulianne et j’ai eu bien de la difficulté à le croire, son écriture est sublime, elle a réussi a me faire voyager de la Tunisie à l’Italie avec ses personnages. J’ai vraiment beaucoup aimé ma lecture et je vous promets qu’à l’avenir je ne me fierai plus à la couverture avant de me faire une idée

*** Merci aux éditions JCL pour l’envoi ***

Pour vous procurer ce livre :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *