10 ans de liberté

En partenariat avec Hachette Canada
Quatrième de
couverture

Le 23 août 2006, l’un des pires enlèvements de ces dernières décennies prend fin. Natascha Kampusch réussit à s’enfuir de la cave dans laquelle elle était retenue prisonnière depuis huit années. Dans un récit saisissant, 3096 jours, elle a raconté son effroyable calvaire. Dix ans plus tard, elle nous livre un aperçu de son retour à la liberté : ses expériences, les plus douloureuses comme les plus belles, ses rêves et ses cauchemars, son investissement dans des projets humanitaires ( notamment au Sri Lanka ) et son engagement auprès des jeunes eux aussi blessés par la vie. Peut-on s’affranchir d’un passé aussi terrible ? Comment trouver la force de se reconstruire après un tel traumatisme ?

Née en 1988, Natascha Kampusch avait dix ans lorsqu’elle a été enlevée sur le chemin de l’école. Aujourd’hui, elle essaie de donner un nouveau sens à sa vie. Son autobiographie 3096 jours ( Lattès, 2010 ) a bouleversé le monde entier. Heike Gronemeier est éditrice indépendante et rédactrice. En 2009, elle a fondé à Munich l’agence « Text&Bild ». Elle avait déjà participé à la rédaction du premier livre de Natascha Kampusch.


Citation

« Sur Internet, on m’a traitée de pute. On a écrit qu’il fallait qu’on me fasse ma fête parce que l’autre coincé n’avait pas vraiment réussi son coup. Et encore, elle serait capable d’aimer ça la salope ! Dans le métro, les gens chuchotaient derrière mon dos qu’il fallait m’enfermer et que je devrais épargner ma vue aux autres. J’ai reçu des lettres de plusieurs pages ou des hommes déversaient leurs fantasmes sur les femmes soumises qu’ils voulaient humilier et auxquelles ils vouaient un mépris que je n’avais jamais rencontré, même durant ma captivité. Et moi qui croyait naïvement avoir été la proie d’un esprit dérangé unique en son genre. »

Mon avis

Oufff…
Ce ne fut pas la lecture la plus facile à lire durant mes vacances…
J’aime
beaucoup les faits vécus, encore plus quand ça fini bien, quand on voit à la
fin que le personnage principal, la personne qui à vécu le traumatisme, s’en
ait sorti, qu’il ou qu’elle à réussit a refaire sa vie.
 Dans
celui-ci, malgré que Natascha est libre et saine et sauve, on ressent son mal,
son dégoût envers la société, la haine qu’elle ressent lorsqu’elle voit à
quel point les gens la ridiculisent, et ce, sans avoir vécu ce qu’elle a
vécu… 
Lorsqu’elle
réussit à s’évader, alors qu’elle s’attend à pouvoir refaire sa vie, du moins
essayer, elle se retrouve entraîner dans un immense cercle vicieux qui l’a
suivra longtemps, trop longtemps
! Les
gens sont tellement méchants je n’arrive pas a y croire… C’est fou à quel
point l’opinion publique peut briser une personne, et Dieu sait que Natascha
était déjà brisé à l’intérieur malgré tout ce que le monde on pu penser… Une
chance qu’elle avait quelques personnes sur qui compter
!
Plusieurs
fois dans le livre nous retrouvons des phrases qui ont été dites par bon nombre
de personnes : «
Retourne dans ton
cachot
»
ou bien encore la une d’un journal : «
Reine
du cachot dans la cave
». Sérieusement,
comment voulez-vous essayer de vous refaire une vie quand vous sortez d’une
prison pour vous retrouver entourée de commentaire négatif
?
En
lisant j’ai ressenti beaucoup de respect pour cette femme, qui de un, à réussi
à se sauver de son malfaiteur, mais qui réussit aussi à garder la tête haute
devant tous ces gens qui la rabaisse et l’a traite en moins que rien…
Au
final je pense que l’auteure a voulu se laisser aller dans son livre, se vider
le cœur et essayer de cicatriser les plaies de son âme
!
Elle a dû user de beaucoup de courage pour écrire celui-ci
!
Elle a ouvert son cœur, elle nous a partagé ses états d’âme, 10 ans après son
retour à la réalité
Et
moi je vous dis CHAPEAU, madame Kampusch
!
Malgré que votre livre fût imprégné d’agressivité et de haine, je vous remercie
d’avoir partagé vos humeurs avec nous
!
Si cela vous permet de vous sentir mieux, de pouvoir faire un trait sur ce
qui s’est passé et de continuer à garder la tête haute malgré tout ce que vous
avez vécu et bien soit
!
 Je
vous souhaite de retrouver la paix, de retrouver l’amour et surtout de vivre
une vie remplie d’allégresse

*** Merci à Hachette Canada pour l’envoi ***

Pour vous procurer ce livre :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *