10 ans de liberté

En partenariat avec Hachette Canada
Quatrième de
couverture

Le 23 août 2006, l’un des pires enlèvements de ces dernières décennies prend fin. Natascha Kampusch réussit à s’enfuir de la cave dans laquelle elle était retenue prisonnière depuis huit années. Dans un récit saisissant, 3096 jours, elle a raconté son effroyable calvaire. Dix ans plus tard, elle nous livre un aperçu de son retour à la liberté : ses expériences, les plus douloureuses comme les plus belles, ses rêves et ses cauchemars, son investissement dans des projets humanitaires ( notamment au Sri Lanka ) et son engagement auprès des jeunes eux aussi blessés par la vie. Peut-on s’affranchir d’un passé aussi terrible ? Comment trouver la force de se reconstruire après un tel traumatisme ?

Née en 1988, Natascha Kampusch avait dix ans lorsqu’elle a été enlevée sur le chemin de l’école. Aujourd’hui, elle essaie de donner un nouveau sens à sa vie. Son autobiographie 3096 jours ( Lattès, 2010 ) a bouleversé le monde entier. Heike Gronemeier est éditrice indépendante et rédactrice. En 2009, elle a fondé à Munich l’agence « Text&Bild ». Elle avait déjà participé à la rédaction du premier livre de Natascha Kampusch.


Citation

« Sur Internet, on m’a traitée de pute. On a écrit qu’il fallait qu’on me fasse ma fête parce que l’autre coincé n’avait pas vraiment réussi son coup. Et encore, elle serait capable d’aimer ça la salope ! Dans le métro, les gens chuchotaient derrière mon dos qu’il fallait m’enfermer et que je devrais épargner ma vue aux autres. J’ai reçu des lettres de plusieurs pages ou des hommes déversaient leurs fantasmes sur les femmes soumises qu’ils voulaient humilier et auxquelles ils vouaient un mépris que je n’avais jamais rencontré, même durant ma captivité. Et moi qui croyait naïvement avoir été la proie d’un esprit dérangé unique en son genre. »

Mon avis

Oufff…
Ce ne fut pas la lecture la plus facile à lire durant mes vacances…
J’aime
beaucoup les faits vécus, encore plus quand ça fini bien, quand on voit à la
fin que le personnage principal, la personne qui à vécu le traumatisme, s’en
ait sorti, qu’il ou qu’elle à réussit a refaire sa vie.
 Dans
celui-ci, malgré que Natascha est libre et saine et sauve, on ressent son mal,
son dégoût envers la société, la haine qu’elle ressent lorsqu’elle voit à
quel point les gens la ridiculisent, et ce, sans avoir vécu ce qu’elle a
vécu… 
Lorsqu’elle
réussit à s’évader, alors qu’elle s’attend à pouvoir refaire sa vie, du moins
essayer, elle se retrouve entraîner dans un immense cercle vicieux qui l’a
suivra longtemps, trop longtemps
! Les
gens sont tellement méchants je n’arrive pas a y croire… C’est fou à quel
point l’opinion publique peut briser une personne, et Dieu sait que Natascha
était déjà brisé à l’intérieur malgré tout ce que le monde on pu penser… Une
chance qu’elle avait quelques personnes sur qui compter
!
Plusieurs
fois dans le livre nous retrouvons des phrases qui ont été dites par bon nombre
de personnes : «
Retourne dans ton
cachot
»
ou bien encore la une d’un journal : «
Reine
du cachot dans la cave
». Sérieusement,
comment voulez-vous essayer de vous refaire une vie quand vous sortez d’une
prison pour vous retrouver entourée de commentaire négatif
?
En
lisant j’ai ressenti beaucoup de respect pour cette femme, qui de un, à réussi
à se sauver de son malfaiteur, mais qui réussit aussi à garder la tête haute
devant tous ces gens qui la rabaisse et l’a traite en moins que rien…
Au
final je pense que l’auteure a voulu se laisser aller dans son livre, se vider
le cœur et essayer de cicatriser les plaies de son âme
!
Elle a dû user de beaucoup de courage pour écrire celui-ci
!
Elle a ouvert son cœur, elle nous a partagé ses états d’âme, 10 ans après son
retour à la réalité
Et
moi je vous dis CHAPEAU, madame Kampusch
!
Malgré que votre livre fût imprégné d’agressivité et de haine, je vous remercie
d’avoir partagé vos humeurs avec nous
!
Si cela vous permet de vous sentir mieux, de pouvoir faire un trait sur ce
qui s’est passé et de continuer à garder la tête haute malgré tout ce que vous
avez vécu et bien soit
!
 Je
vous souhaite de retrouver la paix, de retrouver l’amour et surtout de vivre
une vie remplie d’allégresse

*** Merci à Hachette Canada pour l’envoi ***

Pour vous procurer ce livre :

Destinée inconnue Tome 1 : Le début de la fin

En partenariat avec l’auteure

Quatrième de
couverture

« Il fait noir, je n’y vois rien. Ou suis-je cette fois-ci ? Il n’y a pas de bruit, ça me fout la trouille. Je n’ai pas si peur habituellement. Doucement, trop doucement, une lumière diffuse sa clarté et la catastrophe m’apparaît dans toute son atrocité. Des têtes coupées, un bain de sang pas encore sec, des hommes très grands et musclés, vêtus de noir, chantent et dansent, heureux comm des poissons dans l’eau. C’est dégoûtant; j’ai la nausée. Ils se réjouissent d’avoir massacré autant de fées. Il doit bien y avoir une centaine de têtes avec des oreilles pointues à mes pieds. Je ne veux plus voir ces scènes de dévastation, ça me tue un peu plus chaque fois… »

La série : Le début de la fin raconte l’histoire de Tia une jeune humaine vivant dans un monde peuplé de loups-garous, vampires, fées, sorciers et d’humains.

Le tome : Destinée inconnue raconte le début des péripéties de Tia. Découvrez l’énorme mensonge qu’est sa vie et comment tout va changer.

Des rêves étranges peuplent ses nuits, un avenir incertain se dessine pour elle… à vous d’aller le découvrir…

Citation

 » Je suis seule dans la bibliothèque. Le livre est toujours placé sur la table, ouvert ; il a l’air de m’attendre. Je m’installe sur la chaise et le contemple. Je me dis que, si quelqu’un peut répondre à ce mystère, ça ne peut être que Jack ! Étrange ! J’ai encore une fois le cristal dans ma main. Mais pourquoi j’ai ça dans la main, moi ? Je l’examine attentivement ; il est très beau. En relevant la tête, je vois apparaître Jack en personne ! « 

Mon avis
Tout d’abord, j’aimerais remercier madame Ellen Vaillancourt qui m’a envoyé son premier tome de sa série en surprise! C’est un merveilleux cadeau que vous m’avez fait!
Alors que Tia entretient une grande amitié avec un loup-garou, une fée et un sorcier, qu’elle pense n’être rien de plus qu’une simple humaine, sa vie tout entière sera chamboulée lorsqu’elle aura un devoir sur son arbre généalogique à faire… Alors qu’elle essaie de retracer ses origines, elle découvrira que toute sa vie n’était qu’un immense mensonge! Elle aurait pu en vouloir à sa mère et à sa grand-mère, mais notre héroïne réagira d’une façon exemplaire aux surprises qui l’attendent!
Non seulement Tia devra faire face à des changements radicaux, mais elle devra aussi faire preuve de courage et de force, car maintenant qu’elle connaît la vérité, elle ne peut plus reculer
La plume de l’auteure est superbe, le roman est très bien écrit, il est facile à lire, j’ai su me retrouver parfaitement dans chacun des personnages, les répliques, les moments cocasses, tout était parfait à mon avis. J’ai adoré la complicité des personnages.
 Ce livre m’a tenue en haleine du début à la fin, j’ai eu beaucoup de difficulté à m’arrêter! j’en voulais plus, toujours plus! Et quand j’ai terminé la dernière ligne, j’étais très déçu de ne pas pouvoir continuer, surtout que la fin nous laisse sur une note très particulière! Disons que je n’étais pas très heureuse de ne pas avoir le tome 2 entre les mains
«merci madame Vaillancourt»
Bref, destinée inconnue est une magnifique histoire fantastique, ou loup-garou, vampire, fée, sorcier et j’en passe, se côtoient en harmonie
Ce livre se doit d’avoir une place de choix dans la bibliothèque des amoureux de ce genre! Ellen Vaillancourt se fraye un chemin pour venir trouver sa place dans ma liste d’auteurs favoris!

*** Merci à Ellen Vaillancourt pour l’envoi ***
Pour vous procurer ce livre :



Peur bleue

En partenariat avec les Éditions de Mortagne


Quatrième de couverture 

La lumière vous fuirez.

La nuit vous offrira une mort paisible.

Les morts tourmenteront les vivants.

Si vous dévoilez nos secrets, 

vous le regretterez pour l’Éternité.

C’est le message tamponné sur l’avant-bras des visiteurs du Parc de la Terreur. Avant qu’ils entrent, parce qu’on ne sait pas trop dans quel état ils vont en ressortir…

Arnaud, mon meilleur ami, me harcèle depuis des siècles pour qu’on y aille. « Allez, Guillaume, ça va être flippant, promis ! » Justement, moi, la terreur, ça ne m’attire pas trop. Mais là, je suis cuit ! Et même carbonisé : on a une nouvelle à l’école, Stécie, et ses parents travaillent au parc d’attractions. Devinez quoi ? Elle a distribué des entrées gratuites !!! Je ne peux plus y échapper.

D’autant plus que, ces derniers temps, Stécie devient étrange ( plus que d’habitude, disons ). J’avoue que je serais perturbé, moi aussi, si je vivais dans cette baraque sinistre, située en plein coeur du parc. Juste à côté de la maison hurlante. Grattements, coups et cris font maintenant partie de son quotidien. Pas étonnant qu’elle ne dorme plus ! Elle est convaincue que sa maison est hantée.

Il n’en fallait pas plus pour qu’Arnaud s’emballe et nous embarque dans une enquête. Impossible pour moi de dire non sans avoir l’air d’une poule mouillée…

Citation

« Quelque chose vient de toucher mon visage. Derrière, un cri aigu répond à mon hurlement. Je bats des mains pour me débarrasser de ce qui m’agresse. En vain. Je flippe, mon coeur joue à l’ascenseur. À tâtons, j’essaie de localiser Stephen pour lui demander si la situation est habituelle. Je ne le trouve pas. Je continue de palper l’air à sa recherche. Mais le harnais de sécurité me bloque. J’ai l’impression que son wagon a disparu. Je dois rêver ! Vite, qu’on reparte ! Je veux m’en aller d’ici. »


Mon avis

Ce livre m’a fait la même impression que «Insolite, le spectre du lac» je me suis senti comme si je revenais en arrière et lisais un bon vieux Frisson ou un chair de poule! 

Alors que je m’attendais à avoir quelques frissons, en fait j’ai plutôt rigolé! Les amis de Guillaume ont des façons bien spéciales de se faire peur à eux même! Nous retrouvons quelques ressemblances avec les techniques d’aujourd’hui afin de parler avec les morts! Enfin, qui n’a jamais essayé, ou peut-être même réussi, à contacter des gens dans l’au-delà?
J’ai adoré la plume de l’auteur, il a vraiment le don de mettre les bons mots pour décrire les sentiments de ses personnages! De plus la façon de raconter les passages plus épeurants réussira à faire peur au plus jeune
Malgré que je n’ai pas eu peur, j’avais tout de même très hâte de découvrir ce fameux parc de la terreur! Une fois que nous sommes dans l’action, on aimerait bien être transporté dans le livre! J’adore les histoires qui font peur, les films d’horreur et les maisons hantées
(même si je risque de ne pas dormir pendant quelques jours hihi) Alors si j’avais l’opportunité de visiter un tel lieu, et bien je sauterais sur l’occasion c’est certain!
Finalement, Peur bleue est un très bon livre, malgré qu’il est probablement plus pour un public jeunesse, il m’a aidé à passer un bon moment à travers le brouhaha du temps des fêtes! Il ira rejoindre les livres de mon grand garçon qui en fera la lecture fort possiblement très bientôt


*** Merci aux Éditions de Mortagne pour l’envoi ***

Pour vous procurer ce livre :

L’héritière de la honte

En partenariat avec les éditions JCL

Quatrième de
couverture 

Chloé est l’héritière de la fortune paternelle et vit dans une luxueuse résidence avec quelques employés. Violée à onze ans par l’amant de sa mère, délaissée par son père, elle est une écorchée vive qui, pour oublier, se tourne vers l’alcool et les relations sexuelles dénuées d’amour.

Un jour, un nouveau chauffeur prénommé Charles est engagé. Dès le départ, il comprend la détresse de sa patronne et jure de la protéger… contre elle-même s’il le faut. Grâce à sa franchise et sa personnalité qui le rendent attachant aux yeux de ses collègues, Charles réussit peu à peu à percer la carapace de Chloé et à changer l’ambiance qui règne dans la maisonnée.

Surtout, il lui laisse comprendre qu’elle peut reprendre goût à la vie. La jeune femme n’a jamais cru à l’amour, mais pourra-t-elle résister aux douces sensations qui l’envahissent lorsque Charles est dans les parages ?

Citation

« L’héritière blasée, indifférente à tout, que plus rien n’atteignait, découvrait en elle un îlot d’espoir insoupçonné jusque-là, un îlot miraculeusement intact, qui avait survécu aux pires turpitudes, comme l’arbre resté debout après un violent ouragan alors que tout autour a été détruit. »


Mon avis
À première vue, je vous avoue que l’histoire ne me disait rien… Mais je ne suis tellement pas déçue de l’avoir apportée avec moi en vacances ! Je voulais une lecture douce pour commencer et bien j’ai été servie !


Alors que la belle héritière, Chloé, est rendue à un point catastrophique de sa vie, qu’elle accumule les déboires et se fait ridiculiser dans la presse, arrive dans sa vie Charles, le gentil chauffeur ! Dès le départ elle met les points sur les i avec lui et lui dit clairement qu’elle ne s’attend à rien de plus de lui qu’il l’a promène ou bon lui semble ! Mais Charles qui à un passé troublé lui aussi ne s’en tiendra pas qu’a ça ! Il s’ouvrira à elle et elle fera de même, même si parfois l’alcool forcera un peu les choses… Ressentant du respect et de l’amour fraternel pour elle il réussira à changer la vie de la milliardaire ! 


Malgré bon nombre d’échecs, il verra aussi une lueur au bout du tunnel, Chloé semble peut-être dure comme la pierre, mais derrière ce visage de rebelle se cache une femme au cœur d’or qui ne désire qu’une chose, aimer et être aimé !



Entre pique-nique dans la nature et petit tour dans des quartiers moins fortuné, Charles fera découvrir à Chloé un autre monde, un univers plus beau et plus doux que tout ce qu’elle a vécu auparavant ! Lentement, Chloé nous montrera une autre facette d’elle-même ! 


Finalement, j’ai adoré « l’héritière de la honte » un beau roman d’amour, d’espoir, de résilience ! Une belle façon de voir que parfois, des détails minimes, la simplicité peuvent changer le cours d’une histoire, changer une vie ! 

Si vous avez le goût d’une belle histoire d’amour, simple et sans cassage de tête et bien je vous recommande chaudement ce livre qui a été pour moi une vraie petite bouffée d’air frais ! 


*** Merci aux éditions JCL pour l’envoi ***

Pour vous procurer ce livre :

L’enlèvement

En partenariat avec Les éditions de Mortagne
Quatrième de
couverture

Janvier 1984, Montréal.

À la sortie de l’école, Véronique Rochereau est abordée par un homme qui prétend la connaître. Convaincue par le discours de l’inconnu, la fillette de huit ans abandonne ses amies et le suit.

Véronique n’a aucune idée du cauchemar dans lequel l’attire François, celui dont le nom la hantera durant les trente prochaines années.

Loin de s’arrêter à l’enlèvement, ce livre expose les conséquences qu’un tel drame peut engendrer chez la victime.

Et si le plus difficile était de survivre ?

Citation

« Je passe la nuit à me réveiller, à pleurer et à fuir des images insupportables de ma fille en train de souffrir. Elle m’appelle désespérément, mais je n’y peux rien. »


Mon avis

Quel est le pire cauchemar d’un parent? De perdre un enfant, que son enfant soit kidnappé, violé, séquestrer…
Quel roman difficile à lire, pourtant le temps du kidnapping est relativement court… Ce qui fait le plus mal c’est de voir à quel point, malgré que la jeune fille est saine et sauve, sans trop de blessures physiques, son âme et son état mental sont affectés éternellement. Même après plusieurs années la cicatrice continue de faire mal et malheureusement elle ne s’effacera jamais.

Pour une maman qui a des enfants, dont deux filles, il était trop facile de se mettre à la place de la maman. Je n’ai pu m’empêcher d’avoir les larmes aux yeux en imaginant que ça pourrait arriver à l’un de mes amours… j’ai eu trop souvent le cœur tordu par la douleur que cette famille a dû subir!

On ressent toute la douleur de cette enfant, mais aussi sa force, et sa volonté de vivre malgré le mal qui lui est arrivé.Parce que non il n’y a pas eu que son kidnapping, Véronique à vécu une enfance et une adolescence très difficile, elle à passé au travers maintes épreuves qu’une jeune fille ne devrait même pas vivre… Et que dire de sa famille ! Son frère a fait preuve d’un immense courage pour écrire ce livre. Quant à Véronique et sa mère, malgré tout ils ont accepté de revivre l’horreur après tant d’années.

 Félicitation à l’auteur d’avoir trouver la force d’écrire ses lignes, félicitation à sa mère aussi d’avoir revécu cet enfer afin de nous faire passer son message et sa tristesse. Et pour ce qui est de Véronique, même si je n’ose pas imaginer à quel point c’est dur,  je vous souhaite de trouver la paix malgré ce que vous avez vécu. Merci d’avoir partagé votre histoire avec nous !


Et pour terminer, je tiens à dire à tous ceux qui pense que malgré le temps qui passe, malgré les années et même si une personne semble avoir passé au travers, n’oublier jamais que le mal qui a été fait ne s’efface pas aussi facilement. Toute blessure mentale ne guérit pas toujours aussi bien que l’on veut bien le croire

*** Merci aux éditions de Mortagne pour l’envoi ***
Pour vous procurer ce livre :