Benjamin Faucon ( Septembre 2016 )

Depuis quand sais-tu que tu veux être écrivain ?

 * Depuis tout jeune, dès l’âge de neuf-dix ans, dès mes premières lectures qui m’ont marqué (Le petit Nicolas de Sempé/Goscinny, l’œuvre de Roald Dahl, J.R.Tolkien, etc.). C’est certain que ce sentiment apparaissait puis disparaissait pour revenir quelque temps plus tard, mais j’ai toujours vénéré le livre comme étant un objet magique, une œuvre d’art intemporelle. En entrant dans les bibliothèques, en voyant tous ces livres, je chérissais le rêve d’un jour y voir mes histoires entreposées sur ces tablettes.

2009 – Pierre Labourde et l’affaire du chien ( roman policier )

Publié chez Edilivre-Aparis français

2010 – Les yeux clos (roman policier )

Publié  chez Edilivre-Aparis français

2011 – Dansons avec les lucioles ( Fantastique )

Publié chez Lulu Enterprises, inc

2012 – Nova 19-3 ( Thriller, action, fantastique )

Publié chez Lulu Enterprises, inc

2013 – Sans âme ni loi ( Action, thriller, guerre )

Publié chez Lulu Enterprises, inc

Série :

Éden et le monde vert ( Fantastique )

Publié chez Lulu Enterprises, inc

2010 Tome 1 – L’adenium aux fleurs d’argent

2012 Tome 2 – L’ordre des explorateurs

2013 Tome 3 – Une renaissance

La théorie des géants ( Suspense, aventure )

Publié aux éditions ADA

2014 Tome 1 – Le cercle des six

2014 Tome 2 – Sur le chemin des ténèbres

2015 Tome 3 – La pierre de soleil

D’art et de sang ( Policier, action )

Publié aux éditions ADA

2015 Tome 1 – L’art du vol

2015 Tome 2 – L’art du mensonge

Les incroyables et périlleuses aventures de Gabriel Latulippe

 ( Fantastique )

Publié aux éditions ADA

2015 Tome 1 – L’alchimiste du mal

2016 Tome 2 – À l’est d’Orwick

Montérégia ( Aventure, Magie, Steampunk )

Publié aux éditions ADA

2016 Tome 1 – Le dompteur de griffons

2016 Tome 2 – La naissance du magicien

Vous rêvez de devenir écrivain ? Benjamin vous donne quelques conseils !

* Continuer à lire et se mettre au travail devant une feuille et un stylo ou un logiciel de traitement de texte. Peu importe, le tout est d’écrire, encore et toujours. Au début cela semble difficile, insurmontable et puis progressivement, cela devient plus naturel. Il ne faut pas oublier que l’écriture est un art qui se bonifie avec le temps, il faut donc commencer un jour… 😉

J’aime bien l’automne pour sa monotonie, son temps frais, sa grisaille omniprésente, l’annonce de l’hiver et du froid, la chute des feuilles, le plaisir de boire une boisson chaude tout en lisant sans suer à grosses gouttes (je déteste l’été qui est beaucoup trop chaud à mon goût). J’aime bien également le début du printemps pour ce que cette saison symbolise: le renouveau, l’apparition des premières fleurs, la douceur du temps.

Où prends-tu ton inspiration ?

En fait les idées me viennent comme ça, depuis mon plus jeune âge. Des personnages, des histoires, des thèmes me sont chuchotés par mon subconscient et lorsque vient le temps de m’attaquer à un nouveau projet, je creuse davantage le sujet. Parfois, je marche dans la rue, et d’un coup, les détails sur un nouveau monde me viennent à l’esprit. Je ne contrôle pas vraiment ce phénomène, je garde ces idées en tête et je les utilise plus tard lorsque je dois créer un nouveau monde. Bien entendu, mon environnement, les éléments historiques, les films, la musique, les arts, etc. m’influencent grandement tout comme les expériences de vie.

Tes personnages ont-ils une signification pour toi, ou ils sont seulement le fruit de ton imagination ( prénoms, traits de caractères ) ?

* Cela dépend, j’aime bien créer un personnage de toutes pièces, mais je fais parfois des exceptions, notamment pour la série Montérégia où les deux personnages principaux (Mathis et Zachary) sont inspirés de mes enfants (prénoms et traits de caractère). Pour les noms de famille des héros, je cherche dans mes arbres généalogiques pour y trouver des idées, ou tout simplement sur Internet pour trouver un nom/prénom correspondant aux origines du personnage. Mais j’aime partir des défauts afin de créer un nouveau héros ou un personnage secondaire et ensuite, je brode autour le reste au gré de mon imagination.

Que ressens-tu avant la sortie officielle de l’un de tes romans ?

* Je ressens toujours un mélange de joie et d’impatience. Toutefois, ceci s’estompe avec le temps. Au fil des années et des publications, je me rends compte que je me détache de tous ces romans, sans en perdre la valeur et la chance que j’aie d’être publié, mais cela devient une routine, un livre de plus qui s’ajoute dans la bibliothèque. En fait, j’attache tout autant d’importance voir même plus à mes personnages, à toutes ces histoires qui naissent dans ma tête, le livre n’étant qu’une étape dans tout le processus d’écriture. C’est certain qu’une certaine magie accompagne la publication d’un premier livre, et les premières séances de dédicaces, mais comme tout, cela se transforme progressivement en une routine. Maintenant, je préfère me rattacher à tous ces mondes imaginaires que je créés dans le but de les peaufiner.

Qu’espères-tu faire ressentir à tes lecteurs à travers tes livres ?

* Tout simplement les faire voyager dans ces mondes que j’explore lorsque je compose mes histoires, leur faire partager tous ces détails que je vois lors de mes balades imaginaires, tout le côté loufoque, à la fois sombre et joyeux de mes histoires, leur faire découvrir de nouveaux éléments historiques, artistiques etc.

Comment étais-tu quand tu étais jeune ?

* Solitaire, j’avais quelques bons amis, mais j’ai toujours aimé être seul et c’est toujours le cas aujourd’hui. En dehors de mes enfants et ma femme, je ne vois guère de gens, quelques personnes que j’affectionne, mais je préfère rester isolé du monde humain. Autant lorsque j’endosse mon rôle d’écrivain que ce soit en public ou sur les médias sociaux, je suis à l’aise à parler avec tout le monde et je dois avouer aimer ça, je deviens extraverti et je prends plaisir à parler avec ces gens de tous les horizons, autant dès que je suis chez moi, je déteste que l’on vienne me sortir de mon petit monde, de mes explorations imaginaires qui se déroulent dans mon esprit.

Peux-tu nous donner une petite idée du genre de tes futurs romans ? Est-ce que tu désires demeurer dans le fantastique ou bien tu nous feras découvrir une autre facette de ton talent ?

* Pour l’instant, je demeure dans le genre fantastique. Mes derniers projets tendent à devenir plus noir -tout en restant joyeusement farfelu, plus « tim burtonesque » je tendrai à dire, et je dois avouer adorer ce genre de thématique. Ma série « Vampire et créatures de l’autre monde » symbolisera bien ce tournant, et mon projet sur lequel je travaillerai en 2017 se classera en continuité de cette exploration littéraire. Après, te dire que je poursuivrai exclusivement dans cette voie, cela m’est impossible. Je me suis toujours dit qu’un jour, j’écrirais probablement une romance dans le genre de Marc Levy, ou bien un livre de littérature plus classique. Mais, je ne sais pas, je vais là où mes idées m’emmènent et pour l’instant, il y a beaucoup de citrouilles, de toiles d’araignées, de monstres farfelus, le tout dans une ambiance rappelant celles des films d’animation du grand Tim Burton dont j’adore l’oeuvre cinématographique. Il m’est impossible de connaître le futur, peut-être devrais-je demander à Zachary de ma série Montérégia, lui-seul serait en mesure de me dire ma bonne aventure, à moins que tout ceci soit une vaste supercherie… 😉

Pour terminer ce beau mois de Septembre en compagnie de Benjamin Faucon, voyons voir quel anecdote il a à nous raconter ! 

* En 2015, lors de la relecture/réécriture de ma série Les incroyables et périlleuses aventures de Gabriel Latulipe, trilogie que j’avais écrite en 2010, je me suis surpris en découvrant que j’associais depuis tout ce temps, un passage complet de cette histoire à un film qui, en fin de compte, n’en était pas un, puisqu’il s’agissait d’un de mes livres. J’ai bien ri sur le coup en relisant et en redécouvrant par la même occasion tout ce passage.

California girls

En partenariat avec Hachette Canada
Quatrième de
couverture

« En 1969 j’avais neuf ans. La famille Manson est entrée avec fracas dans mon imaginaire. J’ai grandi avec l’image de trois filles de vingt ans défiant les tribunaux américains, une croix sanglante gravée sur le front. Le contraste entre leur jeunesse et ce qu’on leur reprochait fut ma première confrontation au mal. Des droguées… Voilà ce qu’on disait d’elles, des droguées qui avaient commis des crimes monstrueux sous l’emprise d’un gourou qu’elles prenaient pour Jésus-Christ.
Ce fait divers a marqué un tournant historique : la fin de l’utopie des années 60.
California Girls couvre trente-six heures de la vie de la Famille Manson au moment où elle passe à l’acte. Mon but a été que tout paraisse aller de soi comme dans un roman alors que le moindre geste s’est vraiment accompli il y a bientôt cinquante ans. J’ai écrit cette histoire le plus simplement possible pour exorciser mes terreurs enfantines et j’ai revécu seconde par seconde le martyre de Sharon Tate. »

Citation

« – Et alors ? Si je te le demande, tu iras à la chambre en chantant… Je sais que tu le feras. Et tu sais bien que la mort n’est rien. Une hallucination… La mort, c’est la vie que tu menais avant de me rencontrer. Si tu t’enfermes dans la peur de la mort, tu te prives toi-même de la liberté. Tu te mets toi-même en prison. Il faut cesser d’avoir peur, Tu es une sorcière… Tout est permis… Tuer n’est rien… Mourir n’est rien. »


Mon avis


Je voulais sortir de ma zone de confort en choisissant ce livre, et bien voilà que j’ai accompli ma mission ! 
Je ne m’avancerai pas trop sur l’essence de ce roman, puisqu’à peu près tout le monde connaît l’histoire de Charles Manson et de sa « Famille ».
Nous plongeons donc dans la vie de la Famille Manson alors qu’elle s’apprête à effectuer un acte monstrueux… Tuer… Charles Manson était vénéré par ces femmes, ces hommes et ces enfants qui le voyaient comme un Dieu… Et pourtant cet homme ne faisait rien, il laissait la sale besogne à ses «sujets» si l’on peut les appeler ainsi… Je me demande même s’il ne faisait pas exprès de les laisser s’enfoncer seul… Plus d’une fois, j’aurais voulu être là et dire à ces femmes de s’en aller loin et de l’oublier, mais malheureusement, il les avait tous envoûtés avec ses histoires et tous y croyaient dur comme fer, au plus grand désespoir de tous !
En lisant le livre on aurait cru que l’auteur était présent dans cette « secte », l’écriture était tellement juste, tellement détaillée que parfois j’ai dû refermer le livre et prendre un peu de recul tellement cela m’affectait ! L’alliance de la brebis fût un livre qui m’a beaucoup touché, mais cette histoire, est tout à fait différente !
Finalement, j’ai quand même « apprécié » le livre, si je peux utiliser ce mot… Parce qu’on est tous comme ça, malgré l’ampleur de la tragédie on aime être mis au fait… Même si c’est dur on est tous curieux de connaître les événements tels qu’ils se sont passés ! Par contre, j’aurais aimé avoir plus d’information sur le procès, la suite des choses ! Je vais sûrement d’ailleurs, faire quelques recherches a ce sujet, car même si je connaissais les faits en gros j’aimerais connaître le fin fond de cette histoire ! 
*** Merci à Hachette Canada pour l’envoi ***

Pour vous procurer ce livre :

Montérégia Tome 2 : La naissance du magicien

Quatrième de
couverture
Vous êtes-vous déjà demandé ce qui se passe autour de vous si aucun de vos compagnons d’aventure ne semble être la personne qu’il prétend ?
C’est ce que vit Zachary au cours d’un long voyage qui l’amène sur les traces d’un réputé magicien et d’un sombre prophète. Ni lui, ni Mathis, ne comprennent pourquoi le mal semble les suivre dans leur sillage. À mesure qu’ils s’enfoncent dans cette histoire et ce monde étonnant, leurs doutes ne font que s’intensifier. Et ce n’est pas la présence d’Amaryllis qui règle ce problème, cette brillante jeune femme qui multiplie les actes de bravoure tout comme les miracles…
Et si chacun d’entre eux mentait sur son passé et cachait les véritables raisons qui les poussent dans cette aventure ?
Citation
 » Amaryllis observait la scène sans rien dire. Pourtant, une idée venait de naître dans son esprit et croissait de seconde en seconde. Et si Merlin avait dit vrai ? Et si Mathis et Zachary connaissaient malgré eux les fondements de toute cette histoire ? « 

Mon avis
Après un premier tome rempli de mystère, Benjamin nous offre une grande aventure dans le deuxième opus de cette série !
À travers les dragons, les dinosaures et le monstre du Loch Ness, Benjamin nous entraîne à la suite de Mathis, accompagné de Leonard de Vinci, Amaryllis et son fidèle ami Zachary qui devront prendre la fuite et quitter Belœil ou le mal refait une fois de plus surface avec la présence de La Baba Yaga. Pourtant, ont-ils raison de fuir ? 
Leur voyage ne sera pas de tout repos ! Nos 4 amis feront face à une multitude d’obstacles. Alors qu’il semble être si proche d’avoir les réponses à leurs questions, tout se change en poussière ! De plus, quelque chose ne tourne pas rond, Zachary semble devenir fou ! Et s’il était le seul à voir ce qui se passe autour ? Ses amis semblent différents, en fait, il ne sait même pas si eux même comprennent ce qui se passe ! 
Finalement, la fin du second tome m’a laissé sur ma faim ! Une grande ouverture vers le troisième tome qui malheureusement n’est pas encore sorti ! 
Que va-t-il se passer pour nos grands aventuriers ? Réussiront-ils à redonner à Beloeil ses charmes d’autrefois ? Découvriront-ils qui ils sont vraiment et pourquoi ils ont atterri en ces lieux ?
Montérégia est une série à découvrir pour les adeptes d’aventures ! Parsemée de fiction, de légendes et de mystères elle saura vous charmer autant qu’elle m’a conquise ! 
Pour vous procurer ce livre :
Montérégia T2-La naissance du magicien